Cerca

Vatican News
Le Pape François saluant les Missionnaires du Sacré-Coeur de Jésus, le 9 décembre 2017. Le Pape François saluant les Missionnaires du Sacré-Coeur de Jésus, le 9 décembre 2017.  (© Servizio Fotografico L'Osservatore Romano)

Le Pape rend hommage à Mère Cabrini, la "Mère des émigrés"

Le Pape François a reçu ce samedi midi les missionnaires du Sacré-Cœur de Jésus, à l’occasion du centenaire du décès de la fondatrice de cette congrégation, sainte Françoise Xavière Cabrini, une religieuse italienne qui vint en aide aux migrants débarqués aux États-Unis à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

Par Cyprien Viet

Le Pape François a reçu ce samedi midi les missionnaires du Sacré-Cœur de Jésus, à l’occasion du centenaire du décès de la fondatrice de cette congrégation, sainte Françoise Xavière Cabrini, une religieuse italienne qui vint en aide aux migrants débarqués aux États-Unis à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

Canonisée dès 1946 par Pie XII, cette sainte est surnommée «la Mère des émigrés». Le Saint-Père a donc profité de l’évocation de sa mémoire pour encourager les religieuses qui s’investissent dans l’aide aux personnes migrantes.

François a rendu hommage à une «vraie missionnaire», qui rêvait de se rendre en Chine, à l’image de saint François-Xavier dont elle avait pris le nom. Mais Léon XIII lui avait demandé de ne pas se diriger vers l’Orient, mais vers l’Occident : une mission inattendue qui allait la mener à traverser 24 fois l’Océan atlantique pour se rendre dans plusieurs pays d’Amérique du nord et du sud, jusqu’en Argentine, comme l’a rappelé le premier Pape latino-américain.

Sainte Cabrini n’est pas allée là où elle voulait aller, mais «là où Dieu avait préparé pour elle la route, la route du service ou de la sainteté». Pour François, il s’agit ici de «l’exemple d’une vraie vocation : s’oublier soi-même pour s’abandonner pleinement à l’amour de Dieu». Le Pape a rappelé qu’aujourd’hui de «nouveaux visages d’hommes, de femmes et d’enfants, marqués par de nombreuses formes de pauvreté et de violence, sont de nouveau devant nos yeux et attendent de trouver sur leur route des mains tendues et des cœurs accueillants comme ceux de Mère Cabrini».

Aujourd’hui comme il y a 100 ans, les migrants ont avant tout besoin «d’amour, d’amitié, de proximité humaine» et d’être «écoutés, regardés dans les yeux, accompagnés ; ils ont besoin de Dieu, rencontré dans l’amour gratuit d’une femme qui, avec le cœur consacré, est pour toi une sœur et une mère».

François a donc invité les Missionnaires du Sacré-Cœur de Jésus à marcher sur les pas de leur fondatrice, en étant capables de «lire les signes des temps à la lumière de la Parole de Dieu»

(CV)

09 décembre 2017, 17:43