Cerca

Vatican News
Ce dimanche 26 novembre 2017, après l'Angélus, le Pape François a demandé à la foule réunie place Saint-Pierre de prier en silence avec lui pour les victimes de l'attentat en Égypte. Ce dimanche 26 novembre 2017, après l'Angélus, le Pape François a demandé à la foule réunie place Saint-Pierre de prier en silence avec lui pour les victimes de l'attentat en Égypte.  (AFP or licensors)

Le Pape invite les fidèles à prier pour son voyage en Birmanie et au Bangladesh

Le Pape François a lancé plusieurs appels ce dimanche 26 novembre 2017, après la prière de l’Angélus, place Saint-Pierre. Il a invité les fidèles à l'accompagner de leurs prières durant son voyage en Birmanie et au Bangladesh, mais a aussi confié les peuples égyptien et ukrainien.

À quelques heures de son départ pour la Birmanie, le Pape François a d’abord invité les fidèles  à prier pour le voyage apostolique qui le mènera également au Bangladesh. «Je vous demande de m’accompagner par la prière, afin que ma présence soit pour ces populations un signe de proximité et d’espérance», a-t-il souhaité.

Deux jours après l’attentat contre une mosquée dans le nord  du Sinaï, qui a fait 305 morts, le Pape a de nouveau exprimé sa «grande douleur» face à ce drame. «Je continue à prier pour les nombreuses victimes, pour les blessés et pour toute cette communauté, si durement frappée. Que Dieu nous libère de ces tragédies et soutienne les efforts de tous ceux qui œuvrent pour la paix», a souhaité le Saint-Père. Soulignant que les victimes priaient au moment du drame, François a ensuite lui-même observé un temps de prière silencieuse pour eux, accompagné de la foule réunie place Saint-Pierre.

En saluant la communauté ukrainienne présente devant lui, le Pape a également prié pour d’autres victimes: celles de la tragédie de l’Holodomor, commémorée hier en Ukraine. Cette grande famine des années 1932-1933, provoquée par le régime stalinien, avait conduit à la mort de millions de personnes. «Je prie pour l’Ukraine, afin que la force de la foi puisse contribuer à guérir les blessures du passé et promouvoir des chemins de paix», a assuré François.

Il a aussi rendu hommage à mère Catalina de Maria Rodriguez, béatifiée hier à Cordoba, en Argentine. La fondatrice de la congrégation des Sœurs esclaves du Sacré-Cœur de Jésus, premier institut religieux féminin de vie apostolique en Argentine, a vécu au XIXème siècle. «Catalina s’est d’abord marié puis, devenue veuve, elle se consacra à Dieu et se dédia au soin spirituel et matériel des femmes plus pauvres et vulnérables», a affirmé le Pape, appelant à louer le Seigneur pour cette «femme passionnée du Cœur de Jésus et de l’humanité».

Enfin, le Saint-Père a salué l’ensemble des fidèles ayant prié avec lui, place Saint-Pierre, notamment les membres de l’Association italienne des accompagnateurs des Sanctuaires mariales du monde.

(SBL)

26 novembre 2017, 13:31