Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape François Le Pape François  (AFP or licensors)

Le Pape rappelle aux humanitaires le devoir moral de protéger la dignité de la personne

En recevant en audience les participants à la troisième Conférence sur le droit international humanitaire, le Pape François a souhaité que chacun agisse selon les principes d’humanité, d’impartialité, de neutralité et d’indépendance.

(RV) Le Pape François a rencontré ce samedi 28 octobre 2017 les participants à la troisième Conférence sur le droit international humanitaire. Devant des membres d’ONG mais aussi des ministres du gouvernement italien, le Saint-Père est revenu sur le thème de cette conférence: «La protection des populations civiles dans les conflits. Le rôle des organisations humanitaires et de la société civile».

Rappelant que les guerres continuent de blesser la dignité des personnes, le Pape a souhaité que chacun agisse selon les principes d’humanité, d’impartialité, de neutralité et d’indépendance. 

40 ans après l’adoption de protocoles additionnels à la convention de Genève, concernant la protection des populations civiles, le Pape a d’abord souhaité laisser la porte ouverte à leur modification. Et ce afin de tenir compte «des conflits armés contemporains et des souffrances physiques, morales et spirituelles qui les accompagnent».

Car les témoignages «de crimes atroces, de véritables outrages aux personnes et à leur dignité» continuent d’affluer. «Des images de personnes sans vie, illustre François, de corps mutilés ou décapités, de nos frères et sœurs torturés, crucifiés, de leurs dépouilles offensées, interpellent la conscience de l’humanité.» Le Saint-Père évoque aussi les cités antiques et leurs trésors millénaires réduits à l’état de décombres, les hôpitaux et les écoles délibérément pris pour cibles, les lieux de culte visés, «souvent pendant les célébrations liturgiques».

Ce déferlement d’informations peut provoquer «une certaine saturation qui anesthésie et, dans une certaine mesure, relativise la gravité des problèmes», note le Pape. «C’est pourquoi une conversion des cœurs, une ouverture à Dieu et aux prochain sont nécessaires» pour faire jaillir «un engagement en faveur de l’humanité souffrante».

Importance de la prière

Cet engagement, François le discerne dans les démonstrations de solidarité et de charité, «qui ne manquent pas en temps de guerre», venues «de l’intérieur comme de l’extérieur de l’Église». «Vraiment le secours aux populations victimes des conflits réuni divers œuvres de miséricorde, sur lesquelles nous serons jugés à la fin de la vie», assure-t-il. Plus tard, il rappelle d’ailleurs les paroles du Christ: «dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait» (MT 25, 40).

Extrait de l'audience

Le Pape insiste alors sur trois points. La mise en pratique des principes «d’humanité, d’impartialité, de neutralité et d’indépendance», qui sont «le cœur du droit humanitaire». La nécessité qu’en cas d’hésitations, «la conscience individuelle sache reconnaître le devoir moral de respecter et protéger la dignité de la personne humaine dans chaque circonstance». Enfin, l’importance de la prière et d’un accompagnement spirituel des combattants et des acteurs humanitaires.

Ecouter en podcast

(SBL)

28 octobre 2017, 17:15