Recherche

Vatican News
Le Pape célébrant la messe du jeudi 13 février à la chapelle de la Maison Sainte-Marthe. Le Pape célébrant la messe du jeudi 13 février à la chapelle de la Maison Sainte-Marthe.  (Vatican Media)

Pape François: la lente apostasie du cœur est un glissement vers la mondanité

Lors de l'homélie de la messe à la maison Sainte-Marthe ce matin, le pape François a exhorté à faire attention à la «chute sous anesthésie» lorsque nous perdons progressivement la fidélité à Dieu.

Debora Donnini - Cité du Vatican

Se laisser glisser lentement dans le péché, relativiser les choses et entrer en «négociation» avec les dieux de l'argent, de la vanité et de l'orgueil. De ce qu'il définit comme une «chute sous anesthésie», le Pape a averti ce matin dans l'homélie de la messe à la maison Sainte-Marthe, en réfléchissant à l'histoire du roi Salomon. La première lecture de la liturgie de ce 13 février, tiré du Livre des Rois (1 R 11, 4-13), évoque «l'apostasie, disons, de Salomon», qui n'était pas fidèle au Seigneur.

Quand il était vieux, ses femmes «détournaient son cœur» pour suivre d'autres dieux. Il était d'abord un «bon garçon», qui ne demandait au Seigneur que de la sagesse, et Dieu l'a rendu sage, au point que les juges sont venus à lui et aussi à la reine de Saba, d'Afrique, avec des cadeaux parce qu'ils avaient entendu parler de sa sagesse. «Vous pouvez voir que cette femme était un peu philosophe et lui posait des questions difficiles», a rappelé le Pape, en remarquant que «Salomon est sorti victorieux de ces questions», parce qu'il savait y répondre.

La lente apostasie

À cette époque, a poursuivi le Pape, on pouvait avoir plus d'une épouse, ce qui ne signifie pas qu'il était licite d'être un «coureur de jupons». Mais le cœur de Salomon s'est affaibli non pas parce qu'il avait épousé ces femmes - il pouvait le faire - mais parce qu'il les avait choisies dans un autre peuple, avec d'autres dieux. Et Salomon est alors tombé dans le «piège» et l'a laissé se produire quand une de ses femmes lui a dit d'aller adorer les divinités païennes.

Et il l'a fait pour toutes ses femmes étrangères qui offraient des sacrifices à leurs dieux. En un mot, «il a tout permis, il a cessé d'adorer le Dieu unique». D'un cœur affaibli par sa trop grande affection pour les femmes, «le paganisme est entré dans sa vie». Puis ce garçon sage, qui avait bien prié en demandant la sagesse, est tombé au point d'être rejeté par le Seigneur.

«Ce n'était pas une apostasie du jour au lendemain, c'était une apostasie lente», explique le Pape. Le roi David, son père, avait en effet lui aussi péché - de manière forte au moins deux fois - mais il s'est immédiatement repenti et a demandé pardon: il est resté fidèle au Seigneur qui l'a gardé jusqu'à la fin. David pleura ce péché et la mort de son fils Absalon et quand, auparavant, il s'était enfui, il s'humiliait en pensant à son péché, quand les gens l'insultaient. «Il était saint. Salomon n'est pas saint», dit-il. Le Seigneur lui avait fait tant de cadeaux, mais il avait tout gaspillé parce qu'il avait laissé son cœur s'affaiblir. Il ne s'agit pas, note le Pape, du «péché du passé», mais de «glissement».

«Les femmes ont détourné son cœur et le Seigneur lui a fait ce reproche: “Tu as détourné le cœur." Et cela se produit dans nos vies. Aucun d'entre nous n'est un criminel, aucun d'entre nous ne commet de grands péchés comme David l'a fait avec la femme d'Urie, aucun. Mais où est le danger ? Se laisser glisser lentement parce que c'est une chute avec l'anesthésie, on ne s'en rend pas compte, mais lentement on glisse, on relativise les choses et on perd la fidélité à Dieu. Ces femmes venaient d'autres peuples, elles avaient d'autres dieux, et combien de fois oublions-nous le Seigneur et entrons-nous dans des négociations avec d'autres dieux: l'argent, la vanité, l'orgueil. Mais cela se fait lentement et s'il n'y a pas de grâce de Dieu, nous perdons tout.»

Vous ne pouvez pas être bon avec Dieu et le diable

Une fois encore, le Pape s’est référé au Psaume 105 (106) pour souligner que se mêler au peuple et apprendre à agir comme lui signifie devenir mondain, païen:

«Et pour nous, ce lent glissement de la vie vers la mondanité, c'est le grave péché: "Ils le font tous, mais oui, il n'y a pas de problème, oui, ce n'est vraiment pas l'idéal, mais...". Ces paroles nous justifient au prix de la perte de la fidélité au Dieu unique. Ce sont des idoles modernes. Réfléchissons à ce péché de mondanité. De perdre l'authenticité de l'Évangile. L'authenticité de la Parole de Dieu, de perdre l'amour de ce Dieu qui a donné sa vie pour nous. On ne peut pas être bon avec Dieu et le diable. C'est ce que nous disons tous quand nous parlons d'une personne qui est un peu comme ça: "Il est bon avec Dieu et avec le diable". Il a perdu sa fidélité.»

C'est l'amour de Dieu qui nous arrêtera

Et, en pratique, cela signifie ne pas être fidèle «ni à Dieu ni au diable». En conclusion, le Pape nous exhorte à demander au Seigneur la grâce de s'arrêter lorsque nous comprenons que le cœur commence à glisser:

«Pensons à ce péché de Salomon, pensons à la façon dont ce sage Salomon est tombé, béni par le Seigneur, avec tout l'héritage de son père David, comment il est tombé lentement, anesthésié vers cette idolâtrie, vers cette mondanité et a emporté son royaume. Demandons au Seigneur la grâce de comprendre quand notre cœur commence à s'affaiblir et à glisser, de nous arrêter. Ce sera sa grâce et son amour de nous arrêter si nous le prions.»

13 février 2020, 12:52
Tout lire >