Version Béta

Cerca

VaticanNews
Le Pape François lors de la messe à Sainte Marthe ce dimanche 10 décembre 2017. Le Pape François lors de la messe à Sainte Marthe ce dimanche 10 décembre 2017. 

Homélie à Sainte-Marthe: avoir le courage de se laisser consoler par le Seigneur

Face aux lamentations et aux rancœurs, le message de la liturgie de dimanche, avec la guérison du paralytique, était de «se laisser consoler par le Seigneur» et de «se dépouiller de nos égoïsmes».

Par Cyprien Viet

Il faut se laisser consoler par le Seigneur et ne pas préférer les lamentations et les rancœurs. C’est le cœur de l’invitation lancée par le Pape François lors de la messe à Sainte-Marth, ce lundi 11 décembre 2017.

Le Pape a réfléchi sur la Première Lecture, tirée du Livre du Prophète Isaïe (Is 35, 1-10), dans laquelle le Seigneur promet la consolation à son peuple. «Le Seigneur est venu nous consoler», a rappelé le Pape. Saint Ignace «nous dit qu’il est bon de contempler le service de consolation du Christ», en le comparant à la façon avec laquelle certains amis consolent les autres. Et ensuite, il faut penser au matin de la Résurrection dans l’Évangile de Luc, quand Jésus apparaît aux apôtres. «La consolation du Seigneur nous semble une merveille», a affirmé François.

«Mais il n’est pas facile de se laisser consoler ; il est plus facile de consoler les autres que de se laisser consoler. Parce que, souvent, nous sommes attachés au négatif, nous sommes attachés à la blessure du péché en nous, et souvent, on préfère rester là, tout seul.» François a pourtant relevé que «Lève-toi» est la parole clé de Jésus.

Parfois nous avons tendance à «cuisiner nos sentiments» de rancœur et d’amertume. François a évoqué la figure du paralytique de la piscine de Siloé, que personne n’aidait. «Pour ces cœurs amers, l’amer était plus beau que le doux». Pour beaucoup de gens, les lamentations sont comme une musique qui accompagne la vie. Les récits bibliques évoquent par exemple la figure du prophète Jonas, qui se plaignait constamment de l’attitude des gens, un vrai «prix Nobel des lamentations», selon l’expression du Pape. François a aussi évoqué l’attitude d’un prêtre qu’il connaissait et qui «avait la qualité de trouver la mouche dans le lait», un prêtre qui se demandait combien il existait de condamnés en enfer…

François a rappelé que l’Église invite pourtant au «courage» face à la tentation de voir le négatif. Isaïe nous invite au courage parce que Dieu «vient te sauver». Le message de la liturgie d’aujourd’hui, avec la guérison du paralytique, est celui de «se laisser consoler par le Seigneur».

«Et ce n’est pas facile parce que pour se laisser consoler par le Seigneur, il faut se dépouiller de nos égoïsmes», de «l’amertume», des «lamentations». Et comme il fait souvent, François a conclu en invitant à faire «un examen de conscience» : «Comment est mon cœur ? Est-ce que j’ai de l’amertume ? Est-ce que j’ai de la tristesse ? Comment est mon langage? Est-il une louange à Dieu ?», s’est interrogé François. Il faut donc «demander à Dieu la grâce du courage, pour que le courage vienne nous consoler, et demander au Seigneur : Seigneur, viens nous consoler».

11 décembre 2017, 18:39