Version Béta

Cerca

Vatican News
Le Pape François lors de la messe du 15 novembre 2018 à la chapelle de la Maison Sainte-Marthe. Le Pape François lors de la messe du 15 novembre 2018 à la chapelle de la Maison Sainte-Marthe.  (Vatican Media)

Homélie à Ste-Marthe: l’Église grandit dans le silence, sans se donner en spectacle

Durant la messe à la Maison Sainte-Marthe, le Pape a commenté un passage de l’Évangile selon saint Luc, en rappelant que l’Église se manifeste «dans l’eucharistie et dans les bonnes œuvres».

Barbara Castelli – Cité du Vatican

L’Église grandit «dans la simplicité, dans le silence, dans la louange, dans le sacrifice eucharistique, dans la communauté fraternelle, où tous s’aiment et ne se blessent pas». Le Pape François l’a rappelé durant la messe célébrée à la chapelle de la Maison Sainte-Marthe. En commentant l’Évangile selon saint Luc, le Pape a rappelé que le Royaume de Dieu «n’est pas spectaculaire» et grandit dans le silence.

Les bonnes œuvres ne font pas la une

L’Église, donc, se manifeste «dans l’eucharistie et dans les bonnes œuvres», même si apparemment «elles ne font pas la une». L’Épouse du Christ a un tempérament silencieux, elle génère du fruit «sans faire de bruit», sans «faire sonner la trompette comme les pharisiens». «Le Seigneur nous a expliqué comment grandit l’Église avec la parabole du semeur. Le semeur sème et la semence grandit de jour comme de nuit… Dieu donne la croissance, et ensuite on voit les fruits. Mais ce qui est important, c’est ceci : d’abord, l’Église grandit en silence, en étant cachée ; c’est le style ecclésial. Et comment se manifeste-t-il dans l’Église ? Par les fruits des bonnes œuvres, pour que les gens voient et glorifient le Père qui est dans la cieux, a dit Jésus, et dans la célébration, la louange et le sacrifice du Seigneur, c’est-à-dire dans l’eucharistie. Là se manifeste l’Église, dans l’eucharistie et dans les bonnes œuvres.»

La tentation de la séduction

«L’Église grandit par le témoignage, par la prière, par l’attraction de l’Esprit qui est à l’intérieur, et non pas pour les évènements.». Bien sûr, ceux-ci aident, mais «la propre croissance de l’Église, celle qui donne du fruit, est en silence, en cachette, avec les bonnes œuvres et la célébration de la Pâque du Seigneur, la louange de Dieu».

Le Seigneur nous aide à ne pas tomber dans la tentation de la séduction. «Nous voudrions que l’Église soit plus visible ; que pouvons-nous faire pour qu’elle se voie ? Souvent, on tombe dans une Église des évènements, qui n’est pas capable de grandir en silence avec les bonnes œuvres, en cachette», a regretté le Pape François.

L’esprit du monde ne tolère pas le martyre

Dans un monde où trop souvent on cède à la tentation du spectaculaire, de la mondanité, de l’apparence, le Pape François rappelle que Jésus lui-même a été tenté par la séduction du spectacle, avec tous ceux qui voulaient voir des beaux miracles… Mais en fait, Jésus a choisi «la voie de la prédication, de la prière, des bonnes œuvres», «de la croix» et «de la souffrance».

«La croix et la souffrance. L’Église grandit aussi avec le sang des martyrs, des hommes et des femmes qui donnent la vie. Aujourd’hui il y en a beaucoup. Curieusement, cela ne fait pas la une, le monde cache cela. L’esprit du monde ne tolère pas le martyre, il le cache», a insisté François en concluant son homélie.

15 novembre 2018, 12:15
Tout lire >