Recherche

Vatican News
Vues sur une des principales artères de Mogadiscio, la capitale somalienne. Vues sur une des principales artères de Mogadiscio, la capitale somalienne.  

La Somalie divisée entre deux visions du pouvoir

Depuis l’arrivée en septembre 2020 du Premier ministre Mohamed Hussein Roble, l’exécutif somalien est bloqué, divisé entre deux hommes et deux visions diamétralement opposées de la Somalie. Fin décembre, le président Farmajo annonçait la suspension du Premier ministre, ce dernier l’ayant en retour accusé de commettre un «coup d’Etat».

Marine Henriot, avec agences – Cité du Vatican

Le président somalien, Mohamed Abdullahi Mohamed, est arrivé au pouvoir en février 2017. Fils d’activiste du clan Darod, celui qui est surnommé Farmajo est arrivé à la tête d’un pays en lambeaux, miné par des décennies de guerre civile.

Dans une Somalie au fonctionnement clanique, Farmajo est partisan d’un Etat centralisé fort. Il a d’ailleurs tenté d’influer sur les élections de plusieurs Etats semi-autonomes, afin d'y placer ses hommes. À l’inverse, le Premier ministre Mohamed Hussein Roble, technocrate novice en politique et réputé pour son franc-parler, prône un régime fédéral somalien, tel que celui en place actuellement.

Passage en force de Farmajo

La crise entre les deux hommes à la tête de l’exécutif somalien s’est accentuée en avril 2021, avec l'approbation par le président d'un projet de résolution spéciale, visant à organiser des élections législative et présidentielle dans un délai de deux ans. Le projet de loi proposait alors de prolonger automatiquement le mandat du président de deux ans, sans passer par la case des élections, une démarche qualifiée d’illégitime par l’opposition.

Après de longues tractations, Farmajo avait finalement fait marche arrière et chargé le Premier ministre Roblé d’organiser le complexe processus électoral pour aboutir à une élection présidentielle.

Les deux hommes se sont par ailleurs opposés sur de nombreux sujets, dont la politique à adopter vis-à-vis du Kénya voisin. Si bien que le lundi 27 décembre, Farmajo a annoncé la suspension du Premier ministre «en raison de ses liens avec la corruption», l’accusant d’interférer dans une enquête sur une affaire d’appropriation de terres. Mohamed Hussein Roble, destitué de sa charge d’organiser les élections, accuse en retour Farmajo de «coup d’Etat».

Marc Fontrier est officier des Troupes de Marine en retraite, auteur de nombreux ouvrages sur la région, il a consacré sa vie à la corne de l’Afrique et rédige actuellement un grand Atlas sur les clans en Somalie, il nous décrypte la complexe situation :

Entretien avec Marc Fontrier
08 janvier 2022, 12:26