Recherche

Drapeaux européens devant les bureaux de la Commission européenne à Bruxelles (Belgique). Photo d'illustration. Drapeaux européens devant les bureaux de la Commission européenne à Bruxelles (Belgique). Photo d'illustration.  

Le groupe paramilitaire Wagner sanctionné par l’UE

La société de sécurité privée russe Wagner inquiète de plus en plus les Européens et en particulier les Français à cause de ses agissements dans différents pays. Depuis plusieurs années, ce groupe gagne en visibilité, tout en préservant une grande opacité sur ses véritables intentions et ses liens avec le gouvernement russe.

Entretien réalisé par Xavier Sartre – Cité du Vatican

Les agissements de Wagner et ses liens supposés avec la Russie poussent les Européens à prendre le dossier à bras le corps. Les ministres européens des Affaires étrangères se sont réunis lundi 13 décembre 2021 et ont décidé de prendre des sanctions contre le groupe paramilitaire pour ses «actions de déstabilisation». L’Union européenne, plus que la société privée, vise le gouvernement russe soupçonné d’être derrière ces paramilitaires très présents en Ukraine ou en République centrafricaine, même si, officiellement, aucun lien n’a jamais été prouvé.

 

Concrètement, le groupe Wagner est accusé d'avoir «recruté, formé et envoyé des agents militaires privés dans des zones de conflit du monde entier afin d'alimenter la violence, de piller les ressources naturelles et d'intimider les civils en violation du droit international, notamment du droit international des droits humains», précisent les Européens.

«Les personnes figurant sur la liste de l'UE sont impliquées dans de graves violations des droits de l'homme, notamment des actes de torture et des exécutions et meurtres extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, ou dans des activités de déstabilisation dans certains des pays où elles opèrent, notamment en Libye, en Syrie, au Donbass en Ukraine et en République centrafricaine», poursuit le communiqué de l'UE.

Les principaux responsables visés

Le fondateur et commandant militaire du groupe Wagner, Dimitri Outkine, un ancien membre des forces spéciales russes, et plusieurs de ses collaborateurs dont Valery Zakharov, conseiller pour la sécurité du président de la République centrafricaine Faustin-Archange Touadéra, Denis Kharitonov, chef militaire dans la région séparatiste du Donbass en Ukraine et Andreï Troshev, directeur général du groupe pour les opérations en Syrie, sont visés par les sanctions qui consistent en une interdiction de visas pour les personnes et le gel des avoirs dans l'UE. L'oligarque russe Evgueni Prigojine, proche du pouvoir russe et considéré comme le financier du groupe Wagner avait déjà été sanctionné en 2020 par l’Union.

Carole Grimaud Potter, professeure en géopolitique de la Russie à l’Université de Montpellier, fondatrice du CREER, le centre de recherche sur la Russie et l’Europe orientale, explique qui est vraiment Wagner, quels sont ses liens avec le pouvoir russe, quels sont ses ambitions et ses moyens.

Entretien avec Carole Grimaud Potter, fondatrice du CREER
13 décembre 2021, 17:54