Recherche

Nelson Mandela et sa fille Makawize, née en 1954. Nelson Mandela et sa fille Makawize, née en 1954. 

Makaziwe Mandela témoigne du rêve d'égalité de son père

Entretien avec la fille du lauréat du prix Nobel de la paix, décédé en 2013. Selon elle, Nelson Mandela serait aujourd'hui aux côtés de jeunes qui s'engagent pour la justice sociale et contre toute forme de racisme. Elle souligne l'actualité de la valeur de la non-violence, un engagement qui relie le Pape François à l’héritage du leader sud-africain.

Alessandro Gisotti

«Un gagnant est simplement un rêveur qui n'a jamais abandonné». Huit ans après sa mort, le 5 décembre 2013, Nelson Mandela continue d'inspirer des millions de personnes à travers le monde par son engagement non-violent contre toutes les formes de racisme. Le lauréat du prix Nobel de la paix reste une référence bien au-delà des frontières de l'Afrique du Sud.

Mais comme en témoigne la résurgence de la xénophobie et du racisme dans de nombreuses régions du monde, la lutte pour l'égalité reste plus urgente que jamais. Parmi ceux qui marchent sur les traces du leader sud-africain, on trouve sa fille, Makaziwe Mandela, qui s'engage dans diverses associations caritatives et est fondatrice et présidente de la "House of Mandela", une entreprise qui transmet le message antiraciste de son père par le biais de vêtements, notamment pour les jeunes.

Dans cette interview accordée aux médias du Vatican, cette femme de 67 ans s'attarde sur la personnalité de Nelson Mandela, sur la pertinence de son engagement social et sur l'importance de l'éducation pour surmonter les préjugés qui empoisonnent encore les relations entre les personnes et les peuples.

Près de dix ans après sa mort, votre père reste une figure extraordinairement populaire dans le monde entier. Pourquoi, à votre avis, son héritage est-il toujours aussi important aujourd'hui?

Mon père était un homme de courage et de vision. Il croyait vraiment au pouvoir de l'unité et que si les gens du monde entier s'unissaient, ils porteraient un coup puissant à toutes les formes d'injustice. Il était vraiment sincère dans ce qu'il croyait et certaines valeurs fondamentales ont façonné sa vie: l'humilité, la persévérance, l'honnêteté et le pardon.

Mon père a grandi dans un environnement où chacun pouvait exprimer ses opinions librement et sans crainte de sanction, où les dirigeants étaient les bergers et les gardiens de leur peuple, de leurs droits et de leurs libertés. Il prenait la responsabilité d'être un leader très au sérieux et encourageait activement les différentes formes de pensée.

L'une des nombreuses choses qu'il a enseignées, et qui sont importantes dans notre monde, est que nous pouvons choisir comment nous voulons vivre notre vie. De bonnes et de mauvaises choses nous arrivent à tous, mais nous sommes également investis de la responsabilité de lutter contre toutes les formes d'injustice, de préjugés, de cruauté et de violence dans notre société. Il s'est battu non seulement pour la liberté du peuple noir, mais aussi pour la liberté de tous les Sud-Africains. 

Malheureusement, chaque jour, nous sommes confrontés au racisme et à la discrimination dans de nombreuses régions du monde. À votre avis, que ferait Nelson Mandela aujourd'hui face à ce mal qui semble si ancré dans l'histoire de l'humanité?

Lors du procès de Rivonia, mon père a dit qu'il s'était battu contre la domination blanche, mais aussi contre la domination noire. Il croyait qu'aucune race n'était supérieure à une autre, et qu'en fait, génétiquement parlant, il n'y avait pas de races, qu'il n'y avait qu'une seule race, la race humaine. 

Mon père ne jugeait les gens que par leur caractère et leurs valeurs. Il serait déçu par ce qui se passe aujourd'hui: la montée de l'extrême droite en politique et la façon dont le racisme, les guerres culturelles et l'arrogance, l'ethnicité, la peur, le tribalisme, la violence de genre, l'intolérance religieuse sont transformés en armes et utilisés pour déstabiliser l'ensemble du monde démocratique. 

Il nous rappellerait à tous que nos libertés durement acquises ne sont pas allées sans sacrifice, que des personnes ont donné leur vie pour que nous puissions tous avoir accès à des droits égaux. Mon père pensait que toutes ces choses étaient fabriquées par l'homme et que, par conséquent, nous pouvions aussi nous en débarrasser. On dit que le roi Ngubengcuka, l'ancêtre de mon père, a formé la nation Thembu en réunissant différents groupes: des personnes cherchant un refuge, des personnes déplacées cherchant un foyer.

La nation Thembu était essentiellement composée de personnes d'horizons différents qui croyaient en une seule idée. Par conséquent, notre famille est profondément imprégnée de cette idée de "nation de la diversité", qui se transmet d'une génération à l'autre et qui englobe des personnes et des idées différentes. Mon père croyait que le maintien du statu quo était l'ennemi du progrès et que nous devions grandir et évoluer en tant que peuple. Il verrait ce qui se passe aujourd'hui comme un retour en arrière décevant, nous ramenant à l'âge des ténèbres.

Votre père avait l'habitude de dire que «l'éducation est l'arme la plus puissante pour changer le monde». Que pensez-vous de cela, en vous basant également sur votre expérience personnelle?

Mon père ne parlait pas seulement de l'éducation formelle traditionnelle. Il croyait que les gens pouvaient s'éduquer grâce aux livres, qu'ils pouvaient voyager loin avec des livres, qu'ils pouvaient apprendre d'autres cultures, qu'ils pouvaient vraiment comprendre comment les autres vivent. Que le but d'aller à l'école n'était pas seulement d'apprendre ce qu'il y a dans un livre, mais aussi d'apprendre comment traiter et s'entendre avec les autres, le contact avec d'autres races, d'autres cultures - que l'éducation pouvait vous libérer de l'ignorance.

Il pensait que l'éducation était la base des relations humaines: vous apprenez quelque chose sur moi et j'apprends quelque chose sur vous et nous découvrons que nous avons des choses en commun. Il pensait qu'une fois ces points communs établis, la race n'aurait plus d'importance. La pandémie de Covid-19 a clairement montré que la supériorité raciale n'a en fait pas sa place dans notre société, car ce virus est un grand niveleur: il se moque que vous soyez riche ou pauvre, noir ou blanc, éduqué ou non.

Et aussi que nous devons vraiment nous réveiller au fait qu'au-delà de la "couleur", il y a très peu de choses qui nous séparent et que nous sommes dotés de droits inaliénables à exister dans ce monde, à avoir les mêmes privilèges que nos voisins, noirs ou blancs.

À la mort de son père, le Pape François a exprimé l'espoir que son exemple inspire des générations de Sud-Africains «à faire passer la justice et le bien commun avant leurs aspirations politiques». Dans quelle mesure les nouvelles générations africaines - et pas seulement celles d'Afrique du Sud - sont-elles encore inspirées par Nelson Mandela?

Nombreux étaient ceux qui pensaient que la jeune génération des "Millennials", ici en Afrique du Sud et dans le monde, était perdue, mais le mouvement Black Lives Matter et d'autres mouvements de justice sociale ont montré qu'ils étaient bien présents et conscients de ce qui se passe autour d'eux et prêts à lutter contre la montée du racisme, des inégalités, de la pauvreté et des violences sexistes.

Ce sont des jeunes de toutes les races et de tous les milieux qui demandent des comptes aux hommes politiques et leur rappellent qu'ils sont avant tout responsables devant les gens et non devant leur vanité, ce qui m'encourage vraiment et me donne l'espoir que tout n'est pas perdu dans ce monde.

Si vous regardez l'Afrique, les jeunes n'attendent pas les subventions de leurs gouvernements, mais présentent de nouvelles solutions innovantes concernant l'eau et l'assainissement, la sécurité alimentaire, l'éducation, l'énergie et l'électricité, et les moyens de lutter contre le changement climatique. Ces jeunes sont vraiment soucieux d'améliorer non seulement leur propre vie, mais aussi celle de leur communauté et de leurs compatriotes. Mon père a toujours cru que la charité commençait à la maison, par les personnes proches de vous ou par votre propre communauté, si vous voulez.

Le Pape François, tout comme Nelson Mandela, a toujours souligné la valeur de la non-violence comme force de changement. Comment promouvoir cette valeur aujourd'hui, notamment auprès de la jeune génération?

Nous devons souligner que notre chemin dans ce monde est de guérir les blessures qui nous entourent et que nous portons également. Mon père s'est rendu compte que s'il n'avait pas évacué sa colère et son amertume à sa sortie de prison, il aurait continué à être en prison en tant qu'homme libre. Nous devons apprendre à aimer ceux qui sont différents de nous sur le plan ethnique et culturel, afin d'unir les gens au-delà des frontières raciales, politiques et économiques.

Nous devons construire des ponts, notamment ceux qui nous unissent dans la lutte contre la maladie, la pauvreté et la faim. Nous avons toutes les solutions sous les yeux, mais pour une raison quelconque, les personnes au pouvoir refusent de les mettre en œuvre, ce que je trouve parfois déconcertant et frustrant. Aujourd'hui, nous devons vraiment nous rappeler l'indivisibilité de la liberté humaine et que notre liberté ne peut être complète sans la liberté des autres. 

Personnellement, quelle est la plus grande et la plus importante leçon que vous avez reçue de votre père et qui a été la plus significative dans votre vie?

Personne ne naît avec la haine d'autrui en raison de la couleur de sa peau, de sa culture ou de sa foi religieuse. On nous apprend à haïr, mais si on nous apprend à haïr, on peut aussi nous apprendre à aimer, car l'amour est un trait naturel de l'esprit humain. Pour ma part, je m'efforce chaque jour de traiter les gens avec respect, dignité et compassion. Mon père a toujours traité tout le monde de la même manière; que ce soit la reine ou l'éboueur, il pensait vraiment que tous les êtres humains étaient égaux. J'applique cette même valeur à tout ce que je fais dans la vie.

09 décembre 2021, 17:11