Recherche

Passation de pouvoir entre Angela Merkel et Olaf Scholz, le 8 décembre 2021 à Berlin. Passation de pouvoir entre Angela Merkel et Olaf Scholz, le 8 décembre 2021 à Berlin.  (AFP or licensors)

En Allemagne, Olaf Scholz a pris ses fonctions comme nouveau chancelier

L’entrée en fonction d’Olaf Scholz met un terme aux seize ans de règne de la chrétienne-démocrate Angela Merkel. Paul Maurice, chercheur au comité d’études des relations franco-allemandes à l’IFRI, revient sur le parcours du nouveau chancelier et les défis que suscite son accession au pouvoir.

Entretien réalisé par Claire Riobé - Cité du Vatican

Olaf Scholz a été élu le 8 décembre par le Bundestag nouveau chancelier de l’Allemagne. Âgé de 63 ans, le candidat longtemps mal-aimé du Parti social-démocrate, le SPD, a su séduire les électeurs par sa sobriété. Il prend aujourd'hui la suite d'Angela Merkel, grâce à son expérience de ministre et d'élu local, et d’une campagne sans fausse note durant les législatives de septembre dernier.

Une figure encore peu connue du peuple allemand

Du nouveau chancelier allemand, le grand public connait encore peu de choses. Né à Osnabrück en 1958, d'un père voyageur de commerce et d'une mère au foyer, le jeune Olaf Scholz rejoint le puissant mouvement des Jeunes du SPD en 1975, à tout juste 17 ans. Après des études de juristes, il ouvre en 1985 son propre cabinet d’avocat.

Ministre à plusieurs reprises et ancien maire de Hambourg, la deuxième ville du pays, c’est à la surprise générale qu’il a mené les sociaux-démocrates en tête des législatives de septembre 2021, et est parvenu à mettre sur pied une coalition inédite, avec les Verts et les Libéraux allemands.

Un programme lié à une alliance tripartite inédite

Les mesures du programme gouvernemental d’Olaf Scholz «seront surtout celles des trois partis qui le composent», avertit Paul Maurice. En ce qui concerne le SPD, le chancelier a fait campagne sur un ligne sociale, en proposant notamment d’augmenter le salaire minimum et d’assurer des retraites stables aux Allemands, en ne modifiant pas l’âge du départ à la retraite.

Son gouvernement porte par ailleurs des mesures écologiques ambitieuses, sur la transition énergétique et la protection du climat, faits de ses partenaires, les Verts.

Des mesures d’orthodoxie budgétaire sont également à prévoir dans le gouvernement d'Olaf Scholz, «dans la tradition de ce que lui-même faisait au sein du ministère des Finances, marquées par le FDP», le partenaire libéral, qui refusait ces dernières années l’augmentation des impôts. Les mesures fortes, annoncées par Olaf Scholz, reposent ainsi «sur le consensus en Allemagne, et pourront être mises en œuvre dans les années à venir», indique enfin Paul Maurice. 

Entretien avec Paul Maurice, chercheur au CERFA de l'IFRI
07 décembre 2021, 15:01