Recherche

Vatican News
Des membres du groupe "Architecture pour ceux qui en ont le plus besoin", sur le terrain à Passo Fundo au Brésil Des membres du groupe "Architecture pour ceux qui en ont le plus besoin", sur le terrain à Passo Fundo au Brésil   Histoires partagées

L’architecture mise au service des familles pauvres au Brésil

«Une expérience de salut communautaire», c'est ainsi que le Pape définit dans "Laudato Si'" l’œuvre des architectes de Passo Fundo, dans le sud du Brésil. De la collecte de fonds aux projets de rénovation, en passant par l'achat de matériaux et l'installation, l'initiative "Architecture pour ceux qui en ont le plus besoin" redonne leur dignité aux familles à faibles revenus de la ville, notamment en construisant des salles de bains équipées dans les logements.

Andressa Collet - Cité du Vatican

Des maisons délabrées, des toilettes indécentes avec des fissures dans les murs et les plafonds, envahies par les insectes, sans eau chaude ni électricité, avec des douches et des lavabos qui ne fonctionnent pas correctement, et souvent sans tuyaux permettant une évacuation correcte. C'est la réalité de milliers de logements au Brésil qui ne répondent pas aux exigences minimales. Selon les données 2018 de l'IBGE, 35,7 % de la population n'a pas accès aux eaux usées sanitaires et 5,8 millions de personnes ne disposent pas d'un assainissement de base.

Le groupe "Architecture pour ceux qui en ont le plus besoin", à Passo Fundo au Brésil
Le groupe "Architecture pour ceux qui en ont le plus besoin", à Passo Fundo au Brésil

L'architecte et urbaniste Marina Bernardes n'a pas hésité à mettre son expérience et son professionnalisme au service des plus pauvres. Il y a deux ans, elle a lancé le projet social "L'architecture pour ceux qui en ont le plus besoin", dans le prolongement du cours d'architecture du Centre universitaire de développement de l'Alto Vale do Itajaí (Unidavi), dans la ville de Rio do Sul. Au cours de sa deuxième année, il a été reproduit à Passo Fundo, dans l'État de Rio Grande do Sul, où il est devenu une ONG. Marina a réuni un groupe de 19 femmes, dont des architectes, des urbanistes, des ingénieurs et des étudiantes en architecture qui travaillent au nom des familles à faibles revenus, en développant des améliorations et des rénovations dans les salles de bains des habitations précaires.

Un élément fondamental pour une vie décente

L'initiative vise donc à donner de la dignité aux familles, tout d'abord en construisant des salles de bains ou en rénovant les systèmes électriques et de plomberie de celles qui existent déjà. «Nous avons des familles qui vivent sans salle de bain, sans lumière, avec une seule pièce, et cette réalité nous a toujours frappés en tant que professionnels des sciences sociales appliquées», déclare Marina, faisant référence aux droits de l'homme face à de telles situations.

Pour qu'une personne ait une vie digne, dit-elle, elle a besoin d'un environnement, d'un logement décent. Le droit au logement garantit à une personne de vivre sainement, et il est donc étroitement lié à la santé. Il est nécessaire de garantir des soins médicaux, bien sûr, mais il est avant tout essentiel que l'environnement de vie soit digne, explique-t-elle. «Je pense que, dans ce sens, nous aidons certainement les gens afin qu'ils puissent avoir accès à un droit fondamental qui, au Brésil, la plupart du temps, n'est pas respecté. C'est, sans aucun doute, un type de projet qui mérite d'être reproduit non seulement dans les villes brésiliennes mais aussi dans d'autres villes du monde connaissant la même pénurie de logements qu'ici, à Passo Fundo», estime l’architecte.

Des membres du groupe "Architecture pour ceux qui en ont le plus besoin", à Passo Fundo au Brésil
Des membres du groupe "Architecture pour ceux qui en ont le plus besoin", à Passo Fundo au Brésil

Financement solidaire

Du projet sur papier de la salle de bain, à la collecte des ressources, à l'achat des matériaux et à l'exécution complète des travaux, l'architecture sociale inclut les plus pauvres. C'est la famille elle-même qui demande l'aide de l'ONG, soit directement, soit par l'intermédiaire d'autres associations ou personnalités communautaires, puis qui devient le bénéficiaire des travaux de rénovation, après une inspection par des experts. Le travail peut prendre des mois, mais la première étape consiste toujours à identifier les caractéristiques de la famille demandeuse (où elle vit, combien de membres elle compte, quel est son niveau de difficulté), puis à évaluer l'espace physique disponible afin de comprendre comment effectuer la rénovation.

Marina explique: «Une fois sur place, nous évaluons les spécificités de l'endroit, nous prenons des mesures, nous parlons à la famille, nous demandons aux membres ce qu'ils aimeraient avoir, comment ils voudraient que l'espace soit organisé, puis nous élaborons le projet sur papier. Dès qu'il est terminé, il est montré à la famille pour voir s'il répond à ses besoins. Immédiatement après, des collectes de fonds et des dons sont collectés, notamment via les réseaux sociaux, qui seront transformés en matériaux de construction. Dans trois campagnes en ligne créées par le programme, par exemple, 187 personnes ont collaboré et ont réussi à collecter plus de 17 000 reais pour le projet».

Rénovation d'une salle de bain - avant/après
Rénovation d'une salle de bain - avant/après

Actuellement, le projet ne parvient à couvrir qu'une moyenne de trois familles par an, en raison du temps nécessaire pour obtenir les ressources nécessaires à la réalisation des travaux. Toutefois, Marina affirme que la demande est plus importante et qu'avec les ressources adéquates, «nous pourrions vraiment atteindre plus de personnes en même temps, ce qui réduirait considérablement les temps d'attente». La coordinatrice du projet ajoute que dans un pays comme le Brésil, de nombreux défis sont à relever au quotidien: «Je pense que la chose la plus douloureuse est de réaliser qu'il y a tant de familles, trop de familles, qui ont besoin d'aide ! Nous avons souvent l'impression de ne pas faire grand-chose par rapport à la situation actuelle, mais il est bien sûr gratifiant de voir comment l'union des forces peut faire la différence ! Et cela grâce à notre compétence en tant qu'architectes et créateurs du projet, mais surtout grâce à la force et à la stimulation de la communauté… Les habitants de Passo Fundo sont presque émus par le projet, ils s'engagent donc pour la cause et nous soutiennent. Et ce n'est que grâce à cela que nous pouvons réellement offrir à quelqu'un une nouvelle salle de bains. Je pense que c'est la chose la plus incroyable: se rendre compte qu'il y a encore de l'espoir», témoigne l’architecte.

Les encouragements du Saint-Père

Les volontaires et la communauté de Passo Fundo, ainsi insérés dans un «réseau de communion et d'appartenance» (LS 148), ne perdent donc pas de temps à «imaginer les pauvres du futur», comme l’explique le Pape dans Laudato Si', mais agissent pour les «pauvres d'aujourd'hui, qui n'ont que quelques années à vivre sur cette terre et ne peuvent continuer à attendre» (LS 162). François considère également «admirable» la «créativité et la générosité des personnes et des groupes qui sont capables de renverser les limites de l'environnement», en faisant en sorte que le logement «cesse d'être un enfer». Il s’agit là d’une véritable «expérience de salut communautaire», écrit François (LS 149), qui fait honneur à la fondatrice du projet Passo Fundo. Celle-ci se sent soutenue: «Il est très gratifiant pour nous, conclut-elle, de savoir que "l'architecture pour ceux qui en ont le plus besoin" est un projet qui répond à la vision et à l'action de notre Pape concernant la protection des plus vulnérables. Nous savons que notre travail, notre attitude envers les autres est fortement encouragée par lui, ce qui rend notre action encore plus belle».

Un projet qui apporte de l'espoir et de la dignité aux familles
Un projet qui apporte de l'espoir et de la dignité aux familles
09 novembre 2021, 14:52