Recherche

Vatican News
La signature du protocole d'accueil des réfugiés afghans, le 4 novembre, au ministère de l'Intérieur italien. La signature du protocole d'accueil des réfugiés afghans, le 4 novembre, au ministère de l'Intérieur italien.  

1200 réfugiés afghans en Italie gâce à des couloirs humanitaires

La conférence épiscopale italienne, les Eglises protestantes, la Communauté San't Egidio et plusieurs institutions comme le HCR ont signé un accord pour faire venir en Italie des réfugiés d'Afghanistan qui ont fui dans les pays limitrophes l'arrivée des talibans à Kaboul.

Alessandro Di Bussolo - Cité du Vatican

Le pont de solidarité, d'humanité et d'hospitalité entre l'Afghanistan et l'Italie, créé à la mi-août, au lendemain de la prise du pouvoir par les talibans à Kaboul, a été rouvert. Un groupe d'associations et d'institutions, parmi lesquelles la Communauté de Sant'Egidio, la Conférence épiscopale italienne, la Table Vaudoise, la Fédération des églises évangéliques, le HCR, ou encore l'Organisation Internationale des Migrations ont signé le 4 novembre un protocole d'accord avec les ministères italiens de l'Intérieur et des Affaires étrangères qui permettra à 1 200 réfugiés afghans d'arriver en Italie d'ici deux ans, avec la possibilité d'étendre le projet à 36 mois. Des réfugiés «ayant un besoin évident de protection internationale» qui se trouvent actuellement principalement au Pakistan, en Iran, au Qatar et dans d'autres pays voisins, certains même en Afghanistan, et qui seront amenés en Italie, grâce à une série de vols, financés par le gouvernement italien, via un nouveau couloir humanitaire.

La chaîne d'accueil activée en Italie

Des femmes, des hommes et des enfants qui rejoindront les plus de 5 000 personnes que l'Italie a déjà accueillies depuis le début de la dernière crise afghane, grâce aussi à la chaîne de solidarité qui a été immédiatement activée en Italie. Une chaîne qui, comme le rappelle Daniela Pompei, responsable du service aux migrants réfugiés et Roms de la Communauté de Sant'Egidio, «implique des paroisses, des associations, des groupes, mais aussi des familles et des citoyens individuels, qui ont spontanément mis à disposition leurs maisons, leurs fonds et leur temps».

La signature du protocole, le premier pour l'Afghanistan, s'est déroulée en présence de la ministre de l'Intérieur Luciana Lamorgese et, entre autres, du secrétaire général de la Conférence épiscopale italienne, Mgr Stefano Russo, du président de la Communauté de Sant'Egidio Marco Impagliazzo et de Chiara Cardoletti, représentante pour l'Italie, le Saint-Siège et Saint-Marin du HCR, le Haut Commissariat de l'Onu pour les réfugiés. 

 

 

10 novembre 2021, 15:20