Recherche

Vatican News
Un vaste complexe d'industrie minière, près de Timika, en Papouasie, en septembre 2015. Un vaste complexe d'industrie minière, près de Timika, en Papouasie, en septembre 2015.  

Les entreprises extractives de Papouasie-Nouvelle-Guinée invitées à la durabilité

Un groupe d'étudiants catholiques de Port Moresby a exhorté les entreprises extractives de Papouasie-Nouvelle-Guinée à respecter l'environnement pour le bien-être des populations autochtones et des générations futures. Leur appel fait écho à l'un des appels «Au nom de Dieu» lancés par le Pape François dans son message à la quatrième rencontre mondiale des mouvements populaires.

Lisa Zengarini – Cité du Vatican

Parmi les nombreuses questions soulevées par le Pape François dans son récent message vidéo à la quatrième rencontre mondiale des mouvements populaires, figuraient les dommages causés par les activités minières à l'environnement et aux moyens de subsistance de nombreuses communautés pauvres dans le monde.

Son appel aux industries extractives «d'arrêter de détruire les forêts, les zones humides et les montagnes, d'arrêter de polluer les rivières et les mers et d'arrêter d'empoisonner la nourriture et les gens» a résonné fortement dans un groupe de discussion de jeunes organisé le 20 octobre par la station de radio catholique papoue NBC - Tribe FM. Cinq étudiants du St Joseph's International Catholic College de Port Moresby ont été invités à parler des «impacts des industries extractives» dans le cadre du programme de discussion hebdomadaire.

L'intervention s'est concentrée sur divers aspects du sujet : informations générales sur l'industrie extractive, son impact sur le développement des économies et l'amélioration des moyens de subsistance, comparaison des avantages et des inconvénients de l'industrie, mention d'études de cas locales et internationales, réalité des opérations de l'industrie en Papouasie-Nouvelle-Guinée, dommages causés par l'industrie extractive et rôle essentiel des jeunes dans la sensibilisation, la réduction des effets négatifs et la promotion du changement social.

Des dommages irréversibles pour l'environnement et la population

Tout en reconnaissant l'impact positif de l'industrie extractive sur l'économie et la société papoue en général, les lycéens ont souligné qu'elle a également causé des dommages graves et irréversibles à l'environnement et aux populations.

Ils ont mentionné la perte de la biodiversité environnementale, la déforestation, l'érosion, l'altération des profils des sols, la contamination des cours d'eau locaux et des zones humides, ainsi que le déplacement des propriétaires terriens indigènes. Un exemple classique à cet égard, ont-ils noté, est celui de l'Australie, qui a été prise par les Européens qui ont fait en sorte que les autochtones soient chassés de force et durement de leur terre natale et mis en marge de la société.

Troubles politiques et économiques

Les participants ont également fait remarquer que si l'industrie extractive n'est pas gérée avec soin, elle peut provoquer des troubles politiques et économiques à long terme qui ont un impact supplémentaire sur la vie des gens. À titre d'exemple de mauvaise gestion, un étudiant a cité le conflit de Bougainville, qui a duré dix ans et a été déclenché par des tensions entre les propriétaires terriens indigènes et les mineurs papous de la mine de cuivre de Panguna. Le conflit, qui s'est terminé en 1998, a fait des milliers de victimes civiles.

En conclusion de leur discussion, les participants ont souligné le rôle essentiel que les jeunes sont appelés à jouer dans la sensibilisation et la promotion du changement.

Les étudiants catholiques ont également appelé le gouvernement papou à être plus transparent et responsable dans la gestion des ressources nationales, en veillant à ce qu'elles profitent aux communautés locales.

23 octobre 2021, 09:22