Recherche

Vatican News
Aéroport de Beyrouth (photo d'illustration) Aéroport de Beyrouth (photo d'illustration) 

Liban: les évêques maronites inquiets de l’émigration des jeunes

Il s’agit pour ces évêques d’une véritable «hémorragie humaine» qui prive le pays du Cèdre de ses forces vives et constitue en conséquence une «priorité absolue». La question a occupé une grande partie de la réunion qui s’est tenue hier, 6 octobre, au siège patriarcal de Bkerké, présidée par le patriarche Béchara Raï.

Dans le communiqué publié à l'issue de la réunion, les membres de l'épiscopat maronite ont exprimé leur satisfaction quant à la formation du nouveau gouvernement, dirigé par le sunnite Najib Mikati, après une paralysie politique de plus d’une année. Ils ont souligné la nécessité de rattraper le temps perdu, en choisissant des solutions exceptionnelles et innovantes aux urgences qui accablent le pays. Les évêques font référence aux nombreux facteurs de «la crise économique et sociale qui assaille les Libanais de toutes parts, en commençant par la pénurie de carburant, l'augmentation incontrôlée des prix des aliments, des médicaments et autres appareils médicaux, pour finir par la crise des services scolaires et universitaires».

Mais le phénomène le plus inquiétant et potentiellement «dévastateur» pour l’avenir du Liban reste l’exode des jeunes. Pour les évêques, tout doit être fait pour «rétablir les conditions adéquates de stabilité qui rassureront les jeunes et les encourageront à vivre leur avenir en persévérant dans la foi de leurs pères et dans leur enracinement dans leur terre».

Gratitude pour le soutien français

Dans le texte publié à l'issue de leur rencontre, les évêques ont également évoqué la visite du Premier ministre Mikati à Paris et sa rencontre avec le président français Emmanuel Macron, exprimant leur appréciation pour le «désir sincère» exprimé par les dirigeants français actuels de «rester aux côtés du Liban jusqu'à la fin de son épreuve». Les dirigeants politiques libanais, suggèrent les évêques maronites, sont appelés à profiter du soutien français dans les contacts et les négociations avec les organisations politiques et financières internationales. Ils déplorent par ailleurs l'ingérence qui entrave les investigations de la justice qui visent à déterminer les causes de l’explosion ayant dévasté le port de Beyrouth le 4 août 2020, tout en réitérant leur proximité et leur solidarité avec les familles des victimes.

Enfin, se référant au dernier mois de l'année liturgique, avant le temps de l'Avent et celui de Noël, les évêques maronites invitent tous les membres de la communauté ecclésiale à vivre intensément «avec foi et dévotion» toutes les célébrations liturgiques et à intensifier les prières et les actes de miséricorde envers les malades, les affligés, les victimes des guerres, des calamités et des épidémies, «en demandant à Dieu d'accorder à tous la patience et la force de supporter les difficultés et les souffrances».


07 octobre 2021, 14:45