Recherche

Vatican News
Le nouveau ministre des affaires étrangères iranien, Hossein Amir Abdollahian, arrive à Damas la capitale syrienne, pour une visite d'État, le 29 août 2021. Le nouveau ministre des affaires étrangères iranien, Hossein Amir Abdollahian, arrive à Damas la capitale syrienne, pour une visite d'État, le 29 août 2021.  

La nouvelle diplomatie iranienne, cap à l'Est

Hossein Amir Abdollahian, connu pour ses positions anti-occidentales, a pris la tête de la diplomatie iranienne cet été; la fin de huit années de pouvoir du ministre Mohammad Javad Zarif, considéré comme plutôt favorable au rapprochement avec l'Occident et les États-Unis.

Entretien réalisé par Delphine Allaire - Cité du Vatican

Rapprochement avec l’Asie, éloignement de l’Occident. Les nouvelles priorités de la diplomatie iranienne ont été dévoilée il y a une semaine par le gouvernement conservateur d’Ebrahim Raïssi.

Récemment investi de la confiance du Parlement de Téhéran, dans sa première prise de position, le nouveau ministre des affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian, 57 ans, se place dans la droite lignée fixée par le guide suprême l’ayatollah Ali Khamenei.

Défendre l’approfondissement des relations avec la Russie et la Chine et l’éloignement de l’Occident tout en avançant sur deux dossiers prioritaires pour Téhéran: la réactivation de l’accord de Vienne et la restauration des liens avec Riyad, rompus en janvier 2016.

Cap donc sur l’Orient et l’Extrême-Orient, même si la continuité restera de mise sur le fond: l’essentiel des pouvoirs géostratégiques résidant entre les mains du guide suprême.

C’est l’analyse de Jonathan Piron, politologue spécialisé sur les transformations de l’Iran au sein d’Etopia, centre de recherche basé à Bruxelles. Il revient d’abord sur le bilan «peu concluant» des années Mohammad Javad Zarif (2013-2021) à la tête de la diplomatie du pays.

Entretien avec Jonathan Piron, politologue spécialiste de l'Iran
01 septembre 2021, 17:20