Recherche

Vatican News
Cérémonie d'inauguration des “Ponts vers Amman” Cérémonie d'inauguration des “Ponts vers Amman” 

“Des ponts vers Amman”: un projet pour l'inclusion des chrétiens irakiens

Un programme de soutien aux réfugiés irakiens hébergés en Jordanie a été inauguré, avec la bénédiction du bâtiment par Mgr Pizzaballa, patriarche latin de Jérusalem. Dans un message, le cardinal Gualtiero Bassetti, président de la conférence épiscopale italienne, souligne que ce projet «ajoute une pièce importante à la belle mosaïque de l'hospitalité».

Francesca Sabatinelli et Amedeo Lomonaco - Cité du Vatican

L'inclusion des demandeurs d'asile chrétiens irakiens en Jordanie, en particulier dans la capitale, est au cœur du projet “Ponts vers Amman”, inauguré vendredi en présence du patriarche latin de Jérusalem Mgr Pierbattista Pizzaballa.

Objectifs du projet

Le projet inauguré est un système intégré de services médicaux et socio-éducatifs pour les mineurs et leurs familles, qui comprend - comme l'explique un communiqué - des cours de formation pour les enseignants, les familles irakiennes et jordaniennes, en plus d'un service de dépistage médical et psychologique pour les mineurs en difficulté et l'organisation de réunions d'éducation sanitaire pour les femmes irakiennes et jordaniennes. À cette occasion, Mgr Pizzaballa a béni la Maison du Sacré-Cœur, un bâtiment rénové et transformé en un centre polyvalent qui, à partir de septembre, accueillera les activités prévues par le projet.

La maison du Sacré-Coeur à Amman
La maison du Sacré-Coeur à Amman

Le message du Cardinal Bassetti

Dans un message, le président de la conférence épiscopale italienne (CEI), le cardinal Gualtiero Bassetti, rappelle l'importance du projet “Ponts vers Amman”.  Le nom lui-même, écrit le cardinal, précise le sens des “ponts” qui sont en train d'être construits pour être «des lieux de rencontre». L'événement de ce vendredi, a expliqué le cardinal, «est également une occasion précieuse de se souvenir, de rendre grâce et de renouveler notre engagement». 

Ces dernières années, a souligné le cardinal Bassetti, «nous avons appris combien il est important de fonder nos actions sur la culture des ponts et non des murs». Le peuple jordanien a démontré «la chaleur et la saveur de l'accueil qu'il réserve aux réfugiés palestiniens et irakiens et à ceux provenant d'autres zones de crise, notamment de la Syrie voisine. Une grande leçon d'humanité, surtout pour l'Europe».

Un autre point indiqué par le cardinal Bassetti dans son message est celui de l'inclusion. «Envers les sœurs et les frères qui fuient les guerres et les persécutions, il faut une approche intégrale, qui sache “accueillir, protéger, promouvoir et intégrer”. Ces quatre verbes, indiqués par le Pape François, «restent la boussole pour affronter le défi de la migration, en Italie et en Europe». Le troisième point abordé par le cardinal est lié à un mot : la maison. «Quand nous parlons de la maison, lit-on dans le message du président de la conférence épiscopale italienne, nos pensées se tournent immédiatement vers les lieux où nous avons grandi, où nos affections sont encore gardées. Il est difficile d'en parler avec ceux qui sont obligés de fuir vers des lieux plus sûrs. En y regardant de plus près, cependant, la maison n'exprime pas seulement un lieu physique, mais contient aussi les pulsations d'un cœur qui sait faire un cadeau pour les autres, sans gain personnel. La Maison du Sacré-Cœur indique cet engagement précis : être proche des autres, panser les blessures et prendre soin».

“Ponts vers Amman” est financé par le Service pour les interventions caritatives dans le Tiers-Monde de la conférence épiscopale Italienne à travers les fonds des Huit pour Mille, soutenu par l’hôpital Gemelli et coordonné, pour le compte du Patriarcat latin, par l'Association Habibi Valtiberina, qui travaille depuis des années au Moyen-Orient.

La force du témoignage chrétien

L'idée est née d'une demande de soutien de la part de communautés locales vivant dans un contexte tel que celui de la Jordanie, qui se classe parmi les cinq premiers pays au monde à accueillir un grand nombre de demandeurs d'asile provenant de zones en crise. La vie des réfugiés irakiens en Jordanie n'est pas sans difficultés ni sans susciter des critiques. Ils constituent une minorité sous-représentée qui n'a pas accès au système de santé national ni au système scolaire public. Ce sont toutes des personnes qui vivent une situation de grande souffrance, même si elles parviennent à rester des témoins de la foi chrétienne.

15 août 2021, 10:00