Recherche

Vatican News
Vue sur le port de Beyrouth, un an après l'explosion. Vue sur le port de Beyrouth, un an après l'explosion. 

Liban : «la population est épuisée», témoigne un jésuite

Un an après l'explosion du port de Beyrouth, le pays est toujours plongé dans une profonde crise sociale, économique et sanitaire. La situation politique reste problématique et incertaine et la reprise ne décolle pas: la population tente de s'échapper, les suicides augmentent. Le jésuite Oliver Borg, qui loue la solidarité du peuple et encourage l'engagement de l'Église, s'exprime sur la situation.

Antonella Palermo - Cité du Vatican

Compte tenu de la situation au Liban, le Conseil de l'UE a adopté un cadre de mesures restrictives ciblées qui prévoit la possibilité d'imposer des sanctions aux personnes et aux entités responsables de l'atteinte à la démocratie ou à l'État de droit dans le pays. Les sanctions comprennent une interdiction de voyager dans l'Union européenne et le gel de leurs avoirs. Entre-temps, le nouveau Premier ministre désigné, Najib Mikati, a promis de former un nouveau gouvernement le plus rapidement possible dans une nation en proie à l'effondrement économique.

Nous avons rencontré à Rome le jésuite Oliver Borg, qui a vécu à Beyrouth pendant onze ans jusqu'en 2015. Il a été assistant spirituel au séminaire interdiocésain, professeur de théologie spirituelle à l'université Saint-Joseph et a travaillé avec les enfants des rues. Il est en contact permanent avec ses amis restés au pays et ressent toujours un pincement au cœur lorsque ceux-ci lui parlent d'une «situation catastrophique».

Le religieux admet qu'il n'est pas très optimiste quant à l'avenir politique du Liban, mais «les miracles arrivent», dit-il. «J'espère que tout le monde se rendra compte que cela ne peut plus durer».

En attente de la reconstruction du port de Beyrouth

Il y a un an, le 4 août, la violente explosion du port de la ville - causée par une énorme quantité de nitrate d'ammonium stockée de manière non sécurisée pendant des années - a fait plus de 200 morts et plus de 7 000 blessés. Des milliers de maisons et de magasins ont été détruits. «Nos religieux et notre provincial ont été sauvés par miracle, se souvient le jésuite. Toutes les fenêtres, sous lesquelles il y avait des bureaux, ont été réduites en miettes et ils seraient tous morts s'ils n'avaient pas participé à une conférence ailleurs».

Il y a quatre jours, le président libanais Michel Aoun a déclaré au bureau du procureur national libanais qu'il était prêt à faire une déclaration sous serment sur la question, si la déposition était nécessaire. «Malheureusement, la lenteur des enquêtes est un fait», témoigne le père Borg. À Beyrouth, l'atmosphère est si tendue en raison de cette impasse que l'on craint des manifestations de rue à l'approche du 4 août, déclaré deuil national: la population demande que la lumière soit faite sur les évènements et que l'enquête reprenne avec détermination et transparence.

Manque d'essence et d'électricité, rationnement alimentaire

Le père Oliver rapporte les dernières informations dont il dispose: «Les gens passent des heures à faire la queue pour remplir leur réservoir d'essence et ce n'est pas toujours possible car il n'y a pas d'essence. Même quand il y en a, explique-t-il, au lieu d'être vendu au Liban, il est vendu au marché noir à la Syrie, qui le revend ensuite au Liban à un prix plus élevé. Il n'y a pas de diesel et le diesel est nécessaire car l'électricité fournie par l'État n'est garantie que pour quelques heures, depuis la guerre. Les gens en ont besoin, ils comptent sur les générateurs. Dans le centre de la capitale, l'électricité peut être disponible jusqu'à cinq heures par jour, mais dans les quartiers les plus pauvres, elle ne dure que cinq minutes par jour».

Le jésuite souligne que les salaires sont restés les mêmes alors que la lire s'est énormément dévaluée. «Le salaire d'un simple employé est de 50 dollars par mois. On ne peut rien faire avec si peu d'argent. Un de mes amis m'a dit que 100 000 lires libanaises ne suffisent pas pour un jour. Comment survivez-vous ? "Seuls ceux qui ont des parents à l'étranger et qui leur envoient des aides financières y parviennent. Je dois dire que beaucoup ont des parents à l'extérieur. Mais combien de temps cela peut-il durer ? Les gens ne peuvent plus acheter de viande, de poisson ou de lait. Même les pauvres qui vivaient de haricots ne peuvent plus en acheter car ils coûtent 20 000 lires le kilo. Un père de famille m'a dit que lorsqu'ils trouvent du lait au magasin, ils n'ont qu'un seul paquet. Tout est rationné».

Les écoles, phares d’un pays en danger

Le drame que vivent les écoles est particulièrement inquiétant. L'éducation, fleuron du pays, est en plein désarroi. Le père Oliver explique que la plupart des meilleures écoles et universités du Liban sont privées. Il y en a au moins une douzaine qui appartiennent à des congrégations et des ordres religieux. «Les enseignants et les directeurs d'école se demandent comment ils vont pouvoir continuer: l'augmentation des frais est impossible car les parents ne pourront pas les payer. Ils envisagent de poursuivre les cours en ligne pour économiser un peu d'argent. Mais combien de temps peuvent-ils continuer ? Un prêtre m'a dit qu'ils risquent de fermer, et s'ils ferment, cela signifie que la situation est très, très grave, et qu'il est temps que les gens prennent leurs responsabilités s'ils en sont arrivés là».

Tout le monde cherche à quitter le pays

Alors qu'il était surnommé la “Suisse du Moyen-Orient”, le pays du cèdre «est maintenant au bord du gouffre», constate amèrement le religieux. L'assiduité et la générosité du peuple libanais sont proverbiales, «mais si vous n'avez pas les moyens, comment pouvez-vous le faire ? Les meilleurs médecins s'enfuient, mais pas parce qu'ils le veulent. Ils ne veulent pas partir, mais ils doivent le faire», explique le prêtre. Il existe d'innombrables exemples de personnes qui, il y a peu de temps encore, appartenaient à la bourgeoisie et qui, aujourd'hui, parviennent à peine à se maintenir au seuil de pauvreté : «Une de mes amies a perdu son mari de 50 ans à cause du Covid. Avec deux enfants, elle a dû quitter son emploi pour bénéficier de la retraite de son mari. Mais les enfants veulent partir. Les Libanais voudraient le Liban du passé mais ne le peuvent pas, étant donné les graves circonstances dans lesquelles ils sont obligés de vivre».

Le jésuite analyse également les implications géopolitiques: «Il y a toujours d'autres puissances manipulatrices ; elles ont toutes la main sur cette région du monde. C'est triste,» admet-il, avant d’ajouter : «Si la classe politique ne fait pas un bon examen de conscience et ne met pas en œuvre une conversion véritable et radicale, il y a peu d'espoir pour le pays». Il souligne une contradiction flagrante qui attise la colère de la population: «Alors que les gens meurent de faim, 10 % de la population continuent de remplir les restaurants, pubs et clubs de plage où l'on paie jusqu'à mille dollars par mois pour être membre. Cela met en colère ceux qui vivent de sacrifices». La classe moyenne n'existe plus.

Les efforts de l'Église pour aider les gens

L'Église au Liban s'efforce d'être un moteur de la solidarité. Sans cette solidarité maintenue active par les ONG et les paroisses sur le terrain, la situation serait encore pire. C'était également le cas lors de la tragique explosion du port de Beyrouth. Le père Borg se souvient que tout le monde s'est ensuite réuni autour de leur église, détruite et tout juste rouverte, pour continuer à préparer des repas pour les personnes âgées et les pauvres de la région. Cela se produit encore aujourd'hui.

«Les Libanais ont toujours été très forts dans ce domaine. En 2006, les habitants du sud ont été bombardés et tout le monde a ouvert ses écoles pour accueillir ceux qui venaient de là-bas. Même s'ils n'ont rien, les Libanais sont habitués à offrir ce “rien”. En attendant, les communautés d'amis du Liban prient dans le monde entier pour la résurrection du pays. Cela signifie beaucoup, se réjouit-il, car au moins les Libanais savent qu'ils ne sont pas seuls. Le fait que le Pape ait exprimé le désir de s'y rendre donne beaucoup d'espoir et les gens l'attendent avec anxiété et joie. Ils savent que le berger n'abandonne pas son troupeau, et qu'il est un vrai berger qui sait parler aux cœurs».

03 août 2021, 14:40