Recherche

Vatican News
Laurent Gbagbo le 27 juillet à Abidjan Laurent Gbagbo le 27 juillet à Abidjan  (AFP or licensors)

Les ambitions intactes de Laurent Gbagbo en Côte d'Ivoire

De retour le 17 juillet dans son pays, l'ancien président ivoirien a annoncé la création d'un nouveau parti politique qui pourrait le conduire à un nouveau mandat à la tête de l'État en 2025.

Entretien réalisé par Olivier Bonnel-Cité du Vatican

C’est une nouvelle page qui semble se tourner en Côte d’Ivoire. Le 17 juin dernier, l’ancien président Laurent Gbagbo revenait dans son pays après dix ans d’exil, après avoir été acquitté par la Cour Pénale Internationale de La Haye pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Il était accueilli dans la liesse par ses nombreux partisans.

Le 27 juillet, il est reçu au palais présidentiel à Abidjan par le chef de l'Etat Alassane Ouattara. Une image inédite de la prmière rencontre entre les deux anciens ennemis depuis la fin 2010 et la bataille de l'élection présidentielle qui avait débouché sur un conflit meurtrier dans le pays.

Quelques jours plus tôt, le 10 juillet, Gbagbo avait rencontré un autre ancien président et ancien rival, Henri Konan Bédié, avec lequel il avait exprimé sa volonté de lancer un projet de réconciliation et souligné l'urgence d'œuvrer pour le retour d'une paix définitive et durable en Côte d'Ivoire.

Une nouvelle formation politique

Laurent Gbagbo semble vouloir rattrapper le temps perdu. Le 9 août il a provoqué la surprise en annonçant la création d’un nouveau parti politique, sur les bases de sa formation le FPI, le Front Populaire Ivoirien, qu'il avait créé en 1982. 

Cela fait longtemps que la crise couvait au sein du FPI. Dirigeant du parti, Pascal Affi N'Guessan, ancien premier ministre choisi par Laurent Gbagbo représente le FPI "légal", reconnu par la justice ivoirienne mais l'ancien président en est assurément le chef historique resté populaire. Peu après l'annonce de la création d'un nouveau parti par Laurent Gbagbo, Affi N’Guessan a d'ailleurs dénoncé « une décision, dictée essentiellement par la soif de pouvoir et la volonté de revanche ».

A 76 ans, les ambitions politiques de Laurent Gbagbo semblent donc intactes et notamment la possibilité qu’il se présente aux élections présidentielles de 2025, pour reconquérir le pouvoir, après trois mandats d'Alassane Ouattara.

Comment analyser ce retour en grâce de l’ancien chef d'Etat ivoirien ? L’Éclairage de Michel Galy, professeur de géopolitique, spécialiste de l'Afrique subsaharienne

Entretien avec Michel Galy

 

12 août 2021, 09:22