Recherche

Vatican News
Vue de la ville inondée de Kolhapur, dans l'État du Maharashtra, le 26 juillet 2021. Vue de la ville inondée de Kolhapur, dans l'État du Maharashtra, le 26 juillet 2021.  

Près de 160 morts dans les inondations en Inde

Au moins 159 personnes sont mortes en Inde après des inondations et des glissements de terrain. Ce lundi 26 juillet, une opération massive de nettoyage débute. Plus de 250 000 habitants ont dû fuir leur maison, l’Église locale fait part de sa proximité et solidarité envers les victimes.

Vatican News, avec agences

Après les journées de pluies diluviennes, les conditions météo s’améliorent sur la côte ouest de l’Inde, et révèlent l’ampleur des dégâts. Au moins 159 personnes ont été tuées par les eaux, dont 149 de l’Etat du Maharashtra où se trouve Bombay, l’État le plus touché.

Dans certains quartiers de la ville de Chiplun jeudi 22 juillet, 24 heures de précipitations ont fait monter le niveau de l’eau de près de six mètres. 250 000 personnes ont dû fuir leur foyer, certaines localités ont maintenant cessé la recherche de survivants dans les décombres.

La solidarité de l’Eglise locale

«Je suis profondément attristé par ces inondations», a déclaré à l’agence AsiaNews le cardinal Oswald Gracias, archevêque de Bombay et président de la Conférence des évêques d'Inde, «qui causent de lourdes pertes en vies humaines et des dommages aux maisons, aux cultures, au bétail et aux autres biens. Je partage la douleur de la population et j'exprime également ma sympathie pour le travail de l'Église catholique, qui est activement engagée dans les opérations de secours».

Le père Pravin D'Souza, chargé des activités locales du Jan Kalyan Trust, l'organisation caritative de l'archidiocèse de Bombay, indique que des équipes d'aide, des équipes médicales d'urgence et des religieux sont envoyés dans les zones les plus touchées. «Dès que j'ai informé le cardinal de la catastrophe», raconte le père D'Souza à AsiaNews, «il a demandé à tous les hommes et femmes consacrés de se précipiter au secours de ces personnes, d'apporter du réconfort aux personnes âgées, aux enfants, et surtout aux plus vulnérables, en ouvrant des abris pour les milliers de personnes qui se sont retrouvées sans abri.»

Réchauffement climatique

Les inondations et glissements de terrain sont fréquents en Inde pendant la saison de la mousson, qui s’étend de juin à septembre. Mais de nombreux experts estiment que leur intensité est renforcée par le réchauffement climatique.

26 juillet 2021, 12:18