Recherche

Vatican News
Assemblée plénière des évêques ghanéens, le 17 novembre 2018. Assemblée plénière des évêques ghanéens, le 17 novembre 2018.  

Ghana: les évêques condamnent les affrontements d'Ejura

Deux manifestants ont été abattus et quatre autres ont été blessés dans le sud du Ghana lors d'affrontements avec les forces de sécurité, ont déclaré mercredi la police et une source hospitalière selon l'AFP. Dans une note, l'épiscopat national s'est élevé contre ces actes de violence perpétrés par les forces de sécurité.

La Conférence des évêques du Ghana condamne «sans ambages» le meurtre de manifestants à Ejura, dans le diocèse d'Ashanti.

Le 26 juin, des inconnus ont attaqué à son domicile Ibrahim Mohammed, dit «Kaaka», devenu grâce aux réseaux sociaux le symbole de la campagne #FixtheCountry, «Réparez le pays», mot-dièse lancé pour protester contre la crise économique et sociale du Ghana.

En effet, face au poids croissant de la dette publique et aux retombées de l'épidémie de Covid-19, de nouveaux impôts y ont été imposés, qui, conjugués à la hausse des prix du carburant, ont provoqué le mécontentement de nombreux Ghanéens.

Des affrontements qui dégénèrent 

Ainsi deux jours après l’attaque du 26 juin, Kaaka est décédé à l'hôpital des suites des blessures subies lors de l'embuscade. Le même jour, le 28 juin, les manifestants sont descendus dans la rue pour exprimer leur solidarité avec le militant disparu. Des affrontements ont eu lieu dans le sud du pays avec les forces de sécurité qui semblent avoir tiré directement sur les manifestants, tuant deux personnes, Muntala Mohammed et Abdul Nasir Yusif, et en blessant quatre autres.

Dans une note, l’épiscopat s'est donc dit «écoeuré» par les événements et a rappelé la nécessité pour «les forces de sécurité d'être très professionnelles dans l'exercice de leurs fonctions, en particulier lorsqu'il s'agit de contrôler la foule».

L'Église souhaite l'ouverture d'une enquête 

La situation devient incontrôlable, déplorent les évêques, et cela n'augure rien de bon pour le pays. En référence à une vidéo, devenue virale, dans laquelle l’on voit un policier tirer sur des manifestants, les évêques s’interrogent: «Comment peut-on justifier l'action d'un militaire qui, afin d'arrêter une manifestation, vise et tire sur des civils sans défense et non armés?».

C'est un geste «non seulement condamnable, mais aussi criminel qui doit faire l'objet d'une enquête afin que les responsables soient dûment sanctionnés», ont poursuivi les évêques dans leur note.

Pour cette raison, l’Église locale demande l'ouverture d'une enquête «avec l'urgence qu'elle mérite, car les citoyens perdent de plus en plus confiance dans la capacité des forces de sécurité à gérer efficacement de tels cas».

Apaiser les manifestants

Dans le même temps, l'Église d'Accra lance un appel aux manifestants d'Ejura, afin qu'ils s'abstiennent de toute agitation sociale: «Ceux qui souhaitent exercer leur droit humain, fondamental, de manifester, doivent le faire dans les limites de la loi nationale», font remarquer les évêques. À tous les Ghanéens de bonne volonté, ils demandent en outre de «déplorer et de décourager de manière concrète le niveau croissant d'intolérance et de conduite antidémocratique que l'on trouve parmi le personnel de sécurité et certains responsables gouvernementaux». Enfin, la conférence épiscopale nationale a exprimé sa proximité avec les familles des victimes et assuré prier pour le prompt rétablissement des blessés.

Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, réélu en décembre, a demandé au gouvernement un rapport sur ces heurts dans les dix jours.

01 juillet 2021, 12:18