Recherche

Vatican News
Le drapeau de l'Union européenne. Le drapeau de l'Union européenne.  (REUTERS)

«Robert Schuman a créé une société dans laquelle l’homme a pu s’épanouir»

Le père Bernard Ardura, président du Comité pontifical des sciences historiques est également postulateur de la cause de béatification de Robert Schuman. Il revient sur la figure de l’homme, artisan de la réconciliation européenne et homme de foi. Il parle au présent de celui qui fut l’un des pères de l’Europe que nous connaissons aujourd’hui, comme pour montrer que son souvenir est toujours vivant et plein de sens pour l’Europe d’aujourd’hui.

Entretien réalisé par Olivier Bonnel-Cité du Vatican

Entretien avec le père Bernard Ardura

Comment réagissez-vous suite à la publication du décret du Pape François reconnaissant l’héroïcité des vertus de Robert Schuman ?

Ma première réaction est évidemment une grande joie, c’est l’aboutissement d’un long processus qui a commencé dans les années 80 dans le diocèse de Metz. Robert Schuman était messin de cœur et est mort dans le village de Scy-Chazelles non loin de Metz , où l’on peut toujours visiter sa maison. Schuman a été avant tout un grand serviteur du bien commun, un serviteur de la société, un serviteur de la paix et de la réconciliation, en particulier avec l’Allemagne au lendemain de la deuxième Guerre Mondiale. Il est, je crois, un modèle de chrétien engagé au service de la société et dans la vie politique. On peut dire en ce sens que Robert Schuman est certainement un exemple, celui d’un laïc qui a vécu profondément sa foi chrétienne et qui a passé toute son existence au service des autres. Que ce soit au niveau local ou régional, en Loraine, ou au niveau national en tant que ministre à de nombreuses reprises, président du Conseil et ministre des affaires étrangères. Il est celui qui est à l’origine de la déclaration du 9 mai 1950, point de départ de la réconciliation entre la France et l’Allemagne et "acte de naissance" de ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de l’Union Européenne.

Robert Schuman est à présent Vénérable, quel message cela envoie-t-il pour les responsables politiques, que ce soit au niveau national ou au niveau européen ?

Cela veut dire que l’action politique doit toujours être en faveur de l’homme, de la personne. C’est ce qui a déterminé toute l’action de Robert Schuman. En favorisant la réconciliation, dans ce qui était alors "le monde libre", par rapport à l’empire soviétique, il a permis de créer une société dans laquelle l’homme a pu s’épanouir. C’étaient les conditions essentielles pour que la société puisse se relever du deuxième conflit mondial, et qui a permis je crois de nous orienter vers la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui, mais qui a parfois oublié le grand idéal de Robert Schuman, un idéal de partage et de solidarité. Voilà un aspect important qui doit être présent dans la vie des politiques et en particulier dans la vie de ceux qui ont des responsabilités aux niveau européen. Car le sens même de l’Union Européenne est qu’elle constitue une communauté, une communauté de vie partagée dans la solidarité entre tous les pays qui en sont membres.

Sa figure est-elle aussi la continuation d’une longue tradition chrétienne en Europe, symbolise-t-elle ses racines ?

Certainement. Les racines chrétiennes de l’Europe, on ne peut les voir dans une vitrine ou comme si elles étaient dans un musée. Ces racines chrétiennes, nous les voyons en action. Ce sont elles qui ont inspiré un homme comme Robert Schuman et de tous ceux qui font de leur engagement politique un service. C’est dans la façon dont Robert Schuman a rempli ses diverses missions que nous voyons comment cette foi chrétienne, cette charité peuvent transformer la vie d’un homme, et faire que son service du prochain soit vraiment l’épanouissement et l’accomplissement de la vocation d’un homme qui a voulu vivre sa vie de baptisé jusqu’au bout.

Comment peut-on qualifier la foi de Robert Schuman ?

Sa foi en Dieu est une foi totale, je veux dire par là que toute sa vie, tout son être se perd en Dieu. Il est dans le cœur de Dieu, il vit dans le cœur de Dieu. C’est dans cet échange d’amour que Robert Schuman puise la raison même de son action et de sa vie. C’est un homme qui vit une foi discrète, il n’est pas particulièrement expansif, il ne brandit pas son drapeau mais toute son action est inspirée par sa foi. Cette fois est aussi une foi qui a eu le souci de s’instruire et de se former. On sait par exemple que pendant tout le temps où il a vécu dans la clandestinité durant la Seconde guerre mondiale, il a passé un certain temps à la Trappe de Notre-Dame des neiges ou dans d’autres maisons religieuses, il a étudié en profondeur la Somme théologique de Saint-Thomas d’Aquin, il connaissait le latin et le grec et s’est aussi beaucoup inspiré des écrits de Saint Augustin. Schuman est un homme qui a donc eu une foi en quête d’intelligence et de compréhension. C’est dans la mesure où l’on aime Dieu que l’on veut le connaître et plus on le connaît, plus on a la capacité de l’aimer en connaissance de cause. C’est ainsi que la foi de Robert Schuman, tout en étant humble et non ostentatoire, est une foi d’une grande profondeur et vitalité.  

19 juin 2021, 15:36