Recherche

Vatican News
Les deux candidats à la présidentielle, Pedro Castillo et Keiko Fujimori Les deux candidats à la présidentielle, Pedro Castillo et Keiko Fujimori 

L’épiscopat péruvien appelle à renforcer la démocratie

En vue de l’élection présidentielle du 6 juin, l'Église péruvienne invite tous les citoyens à voter en toute liberté et fait appel à la conscience publique afin que de bons gouvernants soient choisis. Les évêques ont publié ce mardi une "Lettre au peuple de Dieu" listant douze points pour aider les électeurs à faire leur choix.

Vatican News

Le don de la sagesse : c’est ce qu’invoquent les évêques péruviens dans leur lettre adressée aux électeurs, à une dizaine de jours du second tour de la présidentielle qui voit s’affronter Pedro Castillo, représentant de la gauche radicale, et Keiko Fujimori, candidate de la droite populiste et fille de l’ancien président Alberto Fujimori.


L’épiscopat espère que les Péruviens puissent discerner et choisir le meilleur pour le pays et surmonter les crises sociales, politiques, économiques, éducatives, sanitaires et de corruption qui affectent tout le monde et surtout les plus faibles et les plus vulnérables. «Dans le contexte du bicentenaire de l'indépendance nationale, ces élections doivent être l'occasion de renforcer les valeurs fondamentales de la nation : la démocratie, la liberté, l'État de droit, l'indépendance des pouvoirs, la dignité humaine, la vie, la famille, la propriété et le respect des traités internationaux, qui doivent être pleinement garantis par l'ordre constitutionnel», lit-on dans la lettre.

Ni communisme, ni capitalisme sauvage

Les prélats rappellent ensuite qu'il est nécessaire de réaffirmer les grandes valeurs éthiques, morales et religieuses qui ont soutenu la Nation depuis sa naissance, et ils soulignent que l'Église, dans le respect de la dignité humaine, «a toujours rejeté et condamné le communisme comme un système pervers qui relègue l'être humain dans la sphère économique et limite les libertés fondamentales de la personne» mais aussi le capitalisme sauvage qui conduit les êtres humains au «consumérisme» et au désir de profit excessif, au détriment de la dignité humaine.

«De même, l'Église condamne le terrorisme et la violence d'où qu'ils viennent et toute atteinte à la vie», ajoutent les évêques qui rappellent la source de l'enseignement de l'Église dans l'Évangile, qui repose sur les principes de la dignité humaine, du bien commun et de l'option préférentielle pour les pauvres, promouvant une société fraternelle, la solidarité et une économie inclusive.

Une Église au service du pays

«L'Église fidèle à l'Évangile de Jésus-Christ a toujours été et sera au service du pays, comme elle le démontre en cette dure période de pandémie», poursuivent les prélats pour qui «une bonne politique doit aussi s'occuper des besoins urgents, notamment des plus pauvres et des plus vulnérables», et doit pouvoir unir et non diviser.

Enfin, la lettre des évêques souligne que «pour renforcer la démocratie, il faut une citoyenneté active, proactive et vigilante, qui veille à préserver l'ordre démocratique face à toute tentative de le briser» et exhorte les citoyens à construire un Pérou fraternel, uni et pacifique.

26 mai 2021, 15:48