Recherche

Vatican News
Récolte du café dans les villages de montagne. Récolte du café dans les villages de montagne.   Histoires partagées

Caffè Bruno: arôme et solidarité dans le respect de la Création

Grâce à l'organisation à but non lucratif "Laudato si' social enterprise", en Thaïlande, un groupe de missionnaires provenant de la région ecclésiastique italienne du Triveneto parvient à garantir une éthique de travail correcte aux habitants des villages et l'accès à l'éducation pour leurs enfants.

Agata Rita Borracci* - Venise

Les missionnaires italiens "fidei donum" qui assurent le service pastoral de la paroisse Marie Reine de la Paix de Chae Hom, dans le nord de la Thaïlande, ont lancé un projet de culture et de commercialisation du café qui se caractérise non seulement par la qualité du produit mais aussi, et surtout, par la destination des recettes: bourses d'études pour les jeunes, formation des habitants locaux à la gestion de cultures durables et amélioration générale des conditions de vie. L'action pastorale de la paroisse, officiellement établie il y a plus de dix ans, a embrassé les valeurs fondamentales exprimées dans l'encyclique Laudato si' du Pape François avant même sa publication.

Les origines de la mission

La mission de Chae Hom, qui appartient au diocèse de Chiang Mai, est née d'un désir de collaboration missionnaire entre les diocèses de la région ecclésiastique italienne du Triveneto, exprimé pour la première fois lors du congrès ecclésial d'Aquileia (Udine) en avril 1990. Une intuition confirmée quelques mois plus tard, en décembre de la même année.

Sept ans plus tard, Don Pietro Melotto et Don Gabriele Gastaldello, du diocèse de Vicenza, accompagnés de Mgr Antonio Mattiazzo, alors évêque de Padoue, ont commencé leur service pastoral à Chae Hom. A leur présence se sont ajoutées, en 1999, celles de don Bruno Rossi et de don Lorenzo Biasion, provenant du diocèse de Padoue, et quatre ans plus tard celle de don Giuseppe Berti, appartenant au clergé de Vérone. Pour compléter le groupe Triveneto, sont arrivées les Sœurs Xavériennes et la communauté des Sœurs de la Charité de Sainte Jeanne Antida Touret et, entre 2008 et 2010, don Attilio De Battisti et don Raffaele Sandonà du clergé de Padoue et don Bruno Soppelsa du diocèse de Belluno.

Le 1er mai 2000, la paroisse Marie Reine de la Paix a été officiellement établie à Chae Hom, qui s'étend sur un territoire de plus de 3 000 kilomètres carrés et à laquelle est confiée la pastorale de 40 villages, dispersés pour la plupart sur un terrain montagneux et habités par une grande variété de groupes ethniques: Akha, Lahu, Karen, Yao, Isaan, Lisu, Hmong, qui maintiennent leur propre culture, leur langue et leurs traditions.

La paroisse est construite sur une structure préexistante, tant du point de vue des bâtiments que de l'action pastorale, initialement prise en charge par les missionnaires de l’Institut pontificat pour les Missions étrangères qui s'étaient concentrés principalement sur les petites communautés de Chine, de Birmanie et du Laos, en leur offrant une assistance matérielle et spirituelle.

Activités dans les centres

Parmi les premiers besoins auxquels les missionnaires du Centre Marie Reine de la Paix ont dû faire face, il y avait la nécessité d'offrir aux enfants et aux jeunes vivant dans les villages un accès à la scolarité. Le parcours inégal entre les montagnes et les plaines, la saison des pluies et l'absence de figures professionnelles adéquates ont privé les plus jeunes, pendant longtemps, la possibilité de fréquenter n'importe quel type d'école. C'est ainsi que sont nés 4 centres, où des centaines d'enfants provenant de plus de 40 villages et de 7 tribus différentes ont trouvé un point de repère et d'hospitalité.

«À ce jour, deux écoles sont actives», explique le curé de la paroisse, Don Bruno Rossi, "signe que les conditions de mobilité pour atteindre les écoles de manière indépendante se sont améliorées". Une grande partie de l'activité de la paroisse consiste également en une assistance spirituelle aux villages, et la formation de catéchistes locaux a permis aux missionnaires d'atteindre des personnes de différentes tribus, cultures, langues et traditions.

En Thaïlande, seulement 0,5% de la population est catholique. La majorité de la population est bouddhiste et, au sein des tribus locales, la situation est encore plus segmentée en diverses affiliations. «Notre paroisse, poursuit le père Bruno, est étroitement liée aux services offerts par le centre éducatif pour mineurs et vice versa. La première chose que nous considérons lorsque quelqu'un se tourne vers nous, c'est son besoin, au-delà de l'appartenance. Nous sommes tous des enfants de Dieu, alors dans nos actions quotidiennes nous essayons d'aider et d'aimer tout le monde, sans conditions. Les itinéraires d'évangélisation constituent donc une proposition claire, aux yeux de tous. Ceux qui veulent nous approcher le font librement, peut-être à partir de questions qui ont surgi en ayant rencontré notre communauté».

Etudiants de la paroisse Marie Reine de la paix de Chae Hom
Etudiants de la paroisse Marie Reine de la paix de Chae Hom

Une réponse à la pollution

Un rapport de l'indice de qualité de l'air de Chicago, publié en 2019, a révélé comment l'espérance de vie a été réduite de quelques années en raison de la pollution atmosphérique : pendant des jours de la période de surveillance, Chiang Mai a été la ville la plus polluée du monde, dépassant largement les niveaux de pollution maximaux fixés par les normes internationales.

L'un des principaux facteurs à l'origine de ces niveaux incontrôlables est la pratique du décorticage, qui est principalement utilisée dans la culture du maïs, c'est-à-dire le brûlage des résidus agricoles, pour augmenter la fertilité et préparer le sol pour la prochaine récolte. L'utilisation de pesticides et d'engrais chimiques pulvérisés sur les différentes cultures qui, à la saison des pluies, se déversent abondamment dans les cours d'eau, contribue également à la pollution de l'environnement.

Ces pratiques ont également eu de graves conséquences pour les personnes qui fréquentent la paroisse Marie Reine de la Paix à Chae Hom. «Lorsque les fidèles s'approchaient de l'autel pour recevoir l'Eucharistie, explique Don Bruno Rossi, nous avons remarqué que leurs mains étaient tachées de poussière rouge, un résidu de pesticides. Cela a été un tournant pour nous: nous nous sommes rendu compte que nous remettions le Corps du Christ dans des mains malades, un geste de vie pleine et vraie posé sur des mains qui donnaient des signes de mort».

Les missionnaires ont alors suggéré d'étendre les plantations de café des parties montagneuses du pays aux collines et aux vallées. Le père Bruno raconte que l'idée de commencer des cultures biologiques est venue après avoir goûté des haricots cultivés par les familles des étudiants qui vivaient dans la paroisse. Le produit était de grande qualité, mais la torréfaction effectuée par la population locale ne donnait pas l'arôme auquel les missionnaires étaient habitués dans leur pays.

Ainsi, avec l'arrivée d'une première machine à torréfier en 2012, un processus de production et de vente biologique a été déclenché, capable à la fois de valoriser une ressource de grande qualité et de protéger la nature et la santé des personnes. Les ventes, caractérisées par un prix compétitif, ont permis de redonner dignité et repos aux agriculteurs qui vivent dans les villages de Chae Hom et de financer des bourses d'études pour les étudiants. L'activité est, en outre, réglementée par l'organisation à but non lucratif appelée précisément ‘’Laudato si' social enterprise", créée dans le but de contribuer au bien commun dans le plein respect de la loi et des réglementations de l'État, et inspirée par les valeurs contenues dans l'encyclique du Pape François de 2015.

Dpn Bruno Rossi contrôle une plantation de café
Dpn Bruno Rossi contrôle une plantation de café

Les précurseurs de Laudato si'

La production du "Caffè Bruno" a commencé il y a plus de dix ans, avant même la publication de Laudato si', mais les principes inspirateurs de l'action des missionnaires et de leurs collaborateurs se retrouvent pleinement dans les paroles que le Pape François a prononcées dans le document pour guider le soin de la maison commune.

«Nous avons essayé de protéger le travail et le repos, explique le père Bruno Rossi, ainsi que le désir des communautés de rester en bonne santé et dans un environnement sûr. Nous avons également essayé de prendre soin de la maison commune, en respectant la nature et en harmonisant avec elle le travail de l'homme. Il s'agit d'un besoin né des profondeurs de l'esprit, une attention qui porte en elle des valeurs pleinement partagées également par la culture asiatique. Une orientation, pour nous spontanée, que nous avons ensuite trouvée décrite et systématisée dans l'encyclique du Pape François : elle a donné une voix et une motivation supplémentaire à nos actions. La nature, pour nous chrétiens, peut aussi être un véhicule important pour nous rapprocher de Dieu, comme nous l'a enseigné saint François et comme le répète Laudato si': elle nous offre la subsistance et nous devons apprendre à la respecter pour déclencher un cercle vertueux».

Don Bruno, en plaisantant, compare également ses paroissiens à des grains de café: tous différents les uns des autres, chacun avec sa propre histoire, unique et non reproductible. Ce qui fait la différence, c'est donc la torréfaction, c'est-à-dire la capacité à extraire le meilleur de chacun, comme le fait un bon éducateur avec ses garçons.

«Nous parvenons à produire environ 800 kilos de café torréfié par mois, conditionné et expédié dans toute la Thaïlande. Les plus grosses demandes proviennent généralement des hôtels - poursuit le curé - et des touristes curieux de goûter un café torréfié à l'italienne. La pandémie a créé de nombreuses difficultés en raison du manque de touristes, mais ce n'est pas pour cela que le projet s'est arrêté. Au contraire, nous voulons encourager la culture de théiers indigènes et nous poursuivons notre travail sur un projet récemment lancé qui prévoit la culture et la transformation du cacao, qui peut pousser facilement même dans les plaines, offrant ainsi une subsistance aux paroissiens qui y vivent et qui ne peuvent pas cultiver le café».

*Cube Radio - Istituto Universitario Salesiano Venezia e Verona

27 avril 2021, 16:27