Recherche

Vatican News
Notre Dame de Paris, deux ans après l'incendie. Notre Dame de Paris, deux ans après l'incendie.   (AFP or Licensors)

Deux ans après l’incendie, Notre-Dame de Paris se relève doucement

La phase de sécurisation de la cathédrale est en voie d’achèvement deux ans après l’incendie qui l’a ravagée. Témoignage de Mgr Eric Aumônier ancien évêque auxiliaire de Paris, chargé de représenter l’Église dans le comité de suivi des travaux.

Entretien réalisé par Olivier Bonnel - Cité du Vatican

Le 15 avril 2019, la cathédrale Notre-Dame de Paris s’embrasait, touchée par un violent incendie. Pendant quinze heures, des dizaines de pompiers luttaient contre les flammes pour éviter que ce joyau gothique ne s’effondre. La flèche et une partie de la voûte s’écrouleront devant les télévisions du monde entier et de nombreux parisiens et touristes, stupéfaits.

Plusieurs heures, aux abords de la cathédrale, des fidèles réciteront des prières et chanteront des cantiques pour que Notre-Dame soit sauvée des flammes. Passée l’onde de choc internationale devant la destruction partielle d’un tel symbole, les dons vont affluer du monde entier pour aider à sa reconstruction. 833 millions d'euros ont été recueillis pour cette restauration grâce à une collecte nationale et internationale. Une reconstruction qui devrait débuter cet été, la phase de sécurisation de l’édifice étant en train d’être achevée.

Ce jeudi matin, Emmanuel Macron a visité le chantier en compagnie de la maire de Paris, Anne Hidalgo. Depuis le plancher provisoire surplombant l’édifice, le président français s’est félicité des avancées du chantier.

«Reposer le coq sur la flèche»

Se disant «impressionné» par le travail accompli depuis deux ans, il a également rencontré quelques-uns des nombreux ouvriers mobilisés au chevet de l’édifice, notamment des charpentiers-couvreurs et des cordistes qui passent d’échafaudage en échafaudage.

Témoin de la mobilisation de ses hommes, un jeune chef d’entreprise a échangé avec le chef de l’État lui confiant que sa motivation serait que son plus jeune salarié puisse un jour «replacer le coq» sur la flèche de la cathédrale, une fois reconstruite. Si la cathédrale devrait être rendue au culte catholique en 2024, sa restauration complète prendra des années.

Deux ans après cet incendie de Notre-Dame, Mgr Eric Aumônier, ancien évêque auxiliaire de Paris et évêque émérite de Versailles revient sur l’avancée des travaux et le symbole toujours fort que Notre-Dame représente pour les chrétiens. Depuis le 8 février dernier il est chargé de représenter l’Église dans le comité de suivi des travaux de restauration, notamment de veiller que la dimension liturgique de la cathédrale reste une priorité.

Entretien avec Mgr Éric Aumônier

 

15 avril 2021, 13:19