Recherche

Vatican News
Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga lors de sa conférence de presse du 22 avril 2021. Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga lors de sa conférence de presse du 22 avril 2021. 

Le Japon se fixe des objectifs ambitieux pour répondre au défi du changement climatique

Le Japon a relevé jeudi son objectif de réduction de ses émissions de CO2 à 46% à l'horizon 2030 par rapport à leurs niveaux de 2013, contre une cible précédente de 26%. Cette annonce du Premier ministre Yoshihide Suga est intervenu à quelques heures du sommet organisé en visioconférence par le président américain Joe Biden, avec la participation des dirigeants des principaux pays de la planète.

«Notre pays va faire un grand pas en avant» pour résoudre le défi mondial du réchauffement climatique : cette promesse du Premier ministre du Japon d’augmenter de 20 points de pourcentage l’effort de réduction des émissions de CO2 à l’horizon 2030 est une nouvelle démonstration de la dynamique qui se manifeste parmi les pays industrialisés, après plusieurs années de flottement lié au désengagement américain des Accords de Paris sous la présidence Trump.

Tokyo n’a plus l’influence qui fut la sienne au XXe siècle, notamment lors de la signature du Protocole de Kyoto en 1997, mais malgré son déclin démographique, le Japon était encore en 2019 le cinquième plus gros pays émetteur de CO2 au monde, derrière la Chine, les Etats-Unis, l'Inde et la Russie. L'archipel est toujours très dépendant des énergies fossiles, notamment le gaz naturel et le charbon, surtout depuis que la part de l'énergie nucléaire dans le mix énergétique a diminué depuis la catastrophe de Fukushima en 2011.

Le Premier ministre avait annoncé l'an dernier un objectif de neutralité carbone à l'horizon 2050 pour le Japon, En attendant, d’ici à 2030, il devrait significativement relever la part des énergies renouvelables dans sa production d'électricité, actuellement fixée à 22-24% à cette échéance. L’alternative serait une relance forte du nucléaire, mais elle risque d'être compliquée à faire comprendre à une opinion publique encore traumatisée par le désastre de 2011.

Un rare facteur de consensus international

Une quarantaine de chefs d'État, dont le Chinois Xi Jinping, le Russe Vladimir Poutine ou encore le Français Emmanuel Macron, participent au sommet sur le climat organisé ces 22 et 23 avril par le président américain Joe Biden, qui a fait de la lutte contre le réchauffement climatique l'un des grands axes de son programme politique. Le climat relativement consensuel de cette rencontre contraste avec la montée des fortes tensions géopolitiques remarquée ces dernières semaines.

Hier, en prélude à cette réunion, l'Union européenne s'est engagée à une réduction nette d'au moins 55% de ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 par rapport à 1990.

 

22 avril 2021, 16:07