Recherche

Vatican News
Distrubution alimentaire aux plus pauvres au Portugal- Photo d'illustration Distrubution alimentaire aux plus pauvres au Portugal- Photo d'illustration  (AFP or licensors)

Plan de relance de l’UE: la Comece invite à vivre la solidarité

Un an après le début de la pandémie de Covid-19, la Commission des affaires sociales de la Comece réagit au colossal plan de relance économique lancé par Bruxelles. Elle invite les États non seulement à respecter leurs engagements en termes de justice sociale, écologique et contributive, mais aussi à vivre la solidarité, «clé de la reprise».

«Un an après: Quelle place pour la justice sociale, écologique et contributive dans le plan de relance de l'UE ?»: c’est le titre de cette déclaration publiée ce mardi 13 avril 2021 par la Commission des affaires sociales de la Comece (Commission des épiscopats de l’Union européenne), présidée par Mgr Antoine Hérouart. Elle fait suite à celle de mai 2020, intitulée «relançons l’Europe avec justice».

Il y a un an, la pandémie de COVID-19 a soudainement frappé l'Union européenne, affectant à la fois la santé des personnes, l'économie et la société, rappelle tout d’abord la déclaration. Avec la crise climatique en cours et les transitions numérique et démographique, l'Europe est désormais confrontée à une double urgence sanitaire et économique qui requiert plus que jamais l’application du principe de solidarité, pour que la dignité humaine retrouve une place centrale.

Dans ce contexte, les évêques de l'Union européenne saluent le plan de relance de l'UE comme «un nouveau signe de solidarité dans l'Union européenne, nécessaire pour aider les personnes les plus touchées par la crise, et pour faire face à la crise écologique mondiale en cours».

Justice écologique, sociale et contributive

La Comece exhorte donc tous les États membres à «respecter leur engagement de juillet 2020» concernant les trois points du plan de relance, au premier rang desquels figure la justice écologique. La dépense des fonds doit ainsi s’effectuer avec sagesse, en écoutant à la fois «le cri de la terre et le cri des pauvres», en réconciliant les progrès numériques avec les besoins de la maison commune, en «agissant comme une communauté globale, envisageant une nouvelle éthique des relations internationales afin de rembourser la dette écologique».

Pour répondre aux exigences de justice sociale, les États sont invités à dialoguer plus étroitement avec les organisations de la société civile, à pourvoir à une assistance immédiate aux familles dans le besoin, à promouvoir la dignité de tous et à investir sur les jeunes, particulièrement affectés par les conséquences de la pandémie, en favorisant notamment leur accès au marché de l’emploi.

S’agissant enfin de justice contributive, les pays européens doivent s’engager à «promouvoir une fiscalité simple et équitable afin que chacun contribue équitablement au redressement de l'économie», à «mettre fin à la concurrence agressive et à l'évasion fiscale des entreprises dans l'UE en harmonisant les règles relatives aux les bénéfices imposables des entreprises», et à «poursuivre les négociations en vue d'un modèle d'imposition plus équitable pour les entreprises numériques au niveau de l'OCDE».

Solidarité entre nations

Et de conclure: «contre les intérêts particuliers, nous sommes appelés à vivre la solidarité dans l'Union européenne et à inclure pleinement les personnes en situation de précarité ou d'isolement, et en particulier celles touchées par la crise du Covid-19. Nous demandons à l'UE et à ses États membres que tous les acteurs économiques, et en particulier les entreprises multinationales, dont certaines ont profité de la crise, participent de manière équitable à l'effort de relance afin d'accroître la “confiance mutuelle” dans notre économie. En même temps, le souci de notre prochain devrait aller de pair avec la protection de notre maison commune, en tant que famille humaine vivant sur la même planète ».

La lutte contre les tendances individualistes et le retour de la dignité humaine au centre des politiques exige une solidarité totale entre les nations. « La solidarité est au cœur de l'Union européenne et sera la clé de la reprise», peut-on encore lire dans ce document.

13 avril 2021, 11:00