Recherche

Vatican News
Manifestastion du Nigeria Labour Congress contre la pauvreté et la faim dans les rues de Lagos, le 10 mars 2021. Manifestastion du Nigeria Labour Congress contre la pauvreté et la faim dans les rues de Lagos, le 10 mars 2021.  (ANSA)

Au Nigeria, «nourrir les affamés est un impératif éthique»

Une nouvelle fois dans son homélie du dimanche 7 mars, Mgr Kaigama, l’archevêque d’Abuja au Nigeria, a tiré la sonnette d’alarme quant à la situation humanitaire dans son pays.

Dans son homélie, Mgr Kaigama a souligné que l'insécurité, le chômage et la pandémie de Covid-19 ont aggravé les pénuries alimentaires dans le pays africain où plus de 80 millions de personnes souffrent de malnutrition. Se référant à l'encyclique de 2009 Caritas in veritate, rédigée par le Pape émérite Benoît XVI, l'archevêque nigérian a répété que «le droit à l'alimentation, comme le droit à l'eau, a une place importante dans la quête des autres droits.» «Les pauvres doivent être aimés par des actes, pas par des mots», a ajouté Mgr Kaigama dans la paroisse diocésaine de Saint Matthieu. «Nourrir les affamés» est donc «un impératif éthique et une forme puissante de prière».

«Capitale mondiale de la pauvreté»

Selon le prélat, le Nigeria a «gagné le surnom de capitale mondiale de la pauvreté», notamment en raison «d'une combinaison de facteurs, tels que les conflits et le chômage, qui aggravent les niveaux nationaux de dénuement». «Notre terre est fertile et possède d'énormes ressources naturelles», «mais l'extrême pauvreté et l'insécurité alimentaire dont souffrent les Nigérians sont dues à un manque de volonté politique et de prévoyance économique à tous les niveaux» a encore souligné l'archevêque d'Abuja.

Dans son homélie, le prélat a tenu à avoir un mot pour «les nombreuses personnes déplacées à l'intérieur du pays, les mendiants le long des routes, les jeunes chômeurs et les retraités abandonnés dans la misère», déplorant «le manque d'efforts sincères» pour aborder et surmonter les difficultés du pays. C’est dans cette optique que l'archidiocèse d'Abuja a lancé une campagne de carême en distribuant des colis contenant des produits de première nécessité à ceux qui en ont le plus besoin, l’archidiocèse a également lancé une collecte dont les fonds seront reversés aux plus pauvres. 

Éviter le gaspillage alimentaire

Pour agir de manière concrète, Mgr Kaigama a lancé un conseil: «Éviter la culture du gaspillage alimentaire qui est perpétrée en jetant ou en laissant pourrir les produits agricoles en raison de l'absence d'installations de stockage adéquates», et une invitation, cette fois aux responsables de la sécurité nationale pour qu'ils «abordent cette question de manière créative, afin de créer un environnement favorable pour la population et de permettre le développement de l'économie rurale».

Le Nigeria, avec 200 millions d’habitants, comptait l'année dernière 88 millions de personnes vivant avec moins de 1,90 dollars par jour. En novembre 2020, le pays a annoncé entrer en récession, la seconde en quatre ans. Une crise économique, alliée à une crise sécuritaire, les groupes armés présents dans la région alimentent, selon les Nations unies, une des crises de déplacement la plus rapide au monde. À ce jour, plus de 3,2 millions de personnes ont fui les violences dans la région du bassin du lac Tchad.

12 mars 2021, 11:38