Recherche

Vatican News
Le chef du gouvernement italien Mario Draghi lors de l'inauguration ce 18 mars 2021 du "Bois de la mémoire", où 100 premiers arbres sur les 850 prévus ont été plantés, en mémoire des victimes de la pandémie de Covid-19. Le chef du gouvernement italien Mario Draghi lors de l'inauguration ce 18 mars 2021 du "Bois de la mémoire", où 100 premiers arbres sur les 850 prévus ont été plantés, en mémoire des victimes de la pandémie de Covid-19.  

L’Italie commémore les victimes de la pandémie

Ce 18 mars marque en Italie la première journée nationale à la mémoire des victimes du coronavirus. Une cérémonie en présence du premier ministre Mario Draghi a eu lieu à Bergame, ville du Nord lourdement touchée par cette pandémie qui a fait plus de 100 000 morts dans la Péninsule. La Conférence épiscopale a invité à la prière.

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican  

Pour des milliers de familles italiennes endeuillées, cette journée est une invitation à l’espérance et à l’unité. «Nous voulons prier pour tous ceux qui ont été arrachés à la vie par le virus qui sévit en Italie et dans le monde entier depuis plus d'un an. Aujourd'hui, c'est le moment de faire silence et de tourner nos pensées vers les plus de cent mille personnes n’ayant pas survécu. Un silence qui devient prière et qui ouvre l'espoir».

Le cardinal Gualtiero Bassetti, Président de la Conférence épiscopale italienne et archevêque de Pérouse, lui-même sévèrement touché par le coronavirus cet automne, s’est ainsi exprimé à l’occasion de la Journée nationale en mémoire des victimes de la pandémie, célébrée ce 18 mars.

«Aujourd'hui, c'est l'occasion de faire mémoire, car (…) la mémoire est comme un récipient qui donne un sens profond à la vie et dans lequel on peut puiser. La prière devient alors un canal d'eau fraîche qui coule de ce récipient et aboutit à un dialogue avec Dieu», a-t-il expliqué.

Le cardinal Bassetti a par ailleurs souligné que «les gens ont besoin de pain, mais ils ont aussi besoin de travail, de solidarité et de grâce parce que sans la grâce, la vie n'a pas de sens (…)». «La mort n’a pas le dernier mot», a-t-il aussi rappelé.

Pour accompagner les catholiques de la Péninsule dans cette journée, le service national pour la liturgie de la Conférence épiscopale italienne a diffusé une prière à réciter individuellement ou en communauté. Dans les églises, où les Italiens peuvent continuer de se rendre malgré le confinement imposé sur une grande partie du territoire jusqu’au 6 avril prochain, des temps de prière spécifiques et des messes sont prévus.

Un hommage spécifique pour Bergame, une ville décimée

Dans la ville de Bergame s’est déroulée une cérémonie en présence du Premier ministre Mario Draghi. Cette ville industrielle de la Lombardie a été touchée de plein fouet par la première vague de la pandémie. Plus de 6 000 habitants de la province bergamasque ont perdu la vie en mars 2020. Mario Draghi a inauguré «le bois de la mémoire» dans un parc de la ville, où seront plantés une centaine de tilleuls.

«Ce bois ne représente pas seulement la mémoire de tant de victimes. Il est le symbole de la douleur de toute la nation. Nous sommes ici pour promettre à nos anciens que plus jamais les personnes fragiles ne seront pas assistées de manière adéquate», a déclaré le chef du gouvernement. Il a également promis l’accélération de la campagne de vaccination, «afin de faire renaître l’Italie», plongée dans une grave récession depuis quelques mois. Sur 60 millions d’habitants, 1,8 million ont pour le moment reçu deux doses de vaccin.

18 mars 2021, 16:17