Recherche

Vatican News
Les bidonvilles de Beira n'ont pas résisté à la violence d'Eloïse Les bidonvilles de Beira n'ont pas résisté à la violence d'Eloïse  (© Notice: UNICEF photographs are copyrighted and may not be reproduced in any medium without written permission from authorized)

Le centre du Mozambique balayé par le cyclone Eloïse

Des milliers de personnes se retrouvent aujourd’hui sans abri après le passage du cyclone Eloïse, avec son cortège d’intempéries et de vents violents. Il y a 2 ans, la même région avait subi la colère de deux autres cyclones dévastateurs.

Eloïse a ravivé de bien mauvais souvenirs aux habitants de Beira, ravagée il y a 2 ans par le passage de Idaï et Kenneth, qui avaient fait 700 morts et des millions de sinistrés. La violence d’Eloïse a été moindre, mais ses pluies ont entrainé d’importantes inondations dans les bidonvilles de la ville portuaire..

Selon les informations communiquées par le gouvernement mozambicain, six personnes ont été tuées, 5 000 maisons ont été détruites et 7 000 personnes ont été déplacées. 800 d’entre elles ont trouvé refuge au centre Dream de Sant’Egidio, particulièrement investi dans ce pays d’Afrique australe. La communauté intervient également dans les camps accueillant les personnes déplacées suite au passage du cyclone Idaï, où des tentes et des huttes n’ont résisté aux rafales de vents d’Eloïse.

Les dégâts matériels se révèlent aussi conséquents: plus de 140 000 hectares de terres agricoles ont été détruits, ainsi que 26 centres de santé et 76 salles de classe.

Les équipes de secours sur place alertent sur les besoins urgents en nourriture et médicaments pour les populations déplacées.

Le météore a touché le Zimbabwe et l’Afrique du Sud voisins, provoquant là aussi des inondations ainsi que des coulées de boue.  

25 janvier 2021, 15:38