Recherche

Vatican News
Une femme dans la rue d'un village dévasté par l'ouragan Iota, au Honduras, le 25 novembre 2020 Une femme dans la rue d'un village dévasté par l'ouragan Iota, au Honduras, le 25 novembre 2020  (ANSA)

Caritas se mobilise en Amérique centrale après le passage d’ouragans

Le Honduras, le Guatemala et le Nicaragua ont été les trois pays d'Amérique centrale les plus touchés ces dernières semaines par les ouragans dévastateurs Eta et Iota. La Caritas Internationalis apporte son soutien à la population, plongée dans une grande détresse.

Le mois de novembre fut celui de deux lourdes épreuves pour l’Amérique centrale, dans un contexte déjà difficile en raison de la pandémie de Covid-19. L’ouragan Iota, de catégorie 5, a fait au moins 40 morts dans des glissements de terrain et des inondations, selon un bilan publié le 19 novembre dernier. Iota a balayé l'Amérique centrale deux semaines après le passage d'une autre tempête destructrice, Eta, qui avait fait 200 morts et touché 2,5 millions de personnes.

Le Nicaragua et le Honduras, le Guatemala, la Colombie, le Panama et le Salvador font partie des pays sinistrés. Au total, selon l'Unicef, environ 4,6 millions de personnes, dont 1,8 millions d'enfants, sont affectées en Amérique centrale par les conséquences du passage de Iota. Les déplacés se comptent par centaines de milliers tant les destructions d’habitation ont été nombreuses.

Besoin de solidarité internationale

Caritas Internationalis s'est immédiatement rendue sur le terrain pour apporter une aide aux populations locales, en particulier les plus vulnérables. «Comme toujours, ce sont les plus pauvres qui souffrent le plus», explique dans un communiqué le père Francisco Hernández, coordinateur régional de Caritas Internationalis pour l'Amérique latine, «des gens qui étaient déjà dans de graves difficultés avant les ouragans, et qui ont maintenant désespérément besoin d'un abri, de nourriture et d'aide pour se protéger du Covid-19». Le directeur de Caritas Honduras, Wilfredo Cervantes, lui a fait écho: «Le Honduras est l'un des pays les plus pauvres d'Amérique latine. Nous n'avons pas les moyens de répondre aux urgences des deux ouragans et aux effets de la pandémie de Covid-19», déplore-t-il. Il s’agit bien sûr de «reconstruire les maisons et les vies à long terme», mais «il y a un besoin de solidarité internationale», constate Wilfredo Cervantes.

Des projets lancés dans trois pays

Trois projets d'aide ont été lancés par Caritas au Honduras, au Guatemala et au Nicaragua, chacun d'une valeur de 250 000 euros, afin de soutenir la population pendant les deux prochains mois. Caritas Honduras prévoit ainsi de fournir de la nourriture à 2 500 familles pour un total de 12 500 personnes, à renforcer les mesures de sécurité anti-Covid et à contribuer à la reconstruction des maisons. Caritas Guatemala, aidera quant à elle 1 600 familles, soit 8 000 personnes, en tenant compte également des graves dégâts causés par les inondations qui ont détruit jusqu'à 75 % des récoltes. Au Nicaragua, la Caritas locale soutiendra un millier de familles, soit environ 5600 personnes, en se concentrant sur la distribution d'aide alimentaire et de kits d'hygiène, l'accès à l'eau potable et une campagne de prévention face au coronavirus.

Vatican News Service - IP

26 novembre 2020, 14:41