Recherche

Vatican News
Des partisans de Donald Trump manifestent dans le comté de Maricopa, en Arizona, le 5 novembre 2020. Des partisans de Donald Trump manifestent dans le comté de Maricopa, en Arizona, le 5 novembre 2020.   (AFP or licensors)

États-Unis: le décompte des voix se poursuit dans une atmosphère de tensions

Le nom du président américain n'est toujours pas connu, plus de 24 heures après le scrutin. Les résultats de cinq États se font toujours attendre et l’écart entre les deux candidats s’y réduit nettement. Des protestations sont observées sur le terrain, mais sans violences pour le moment. Lors d’une conférence de presse, le président sortant a accusé à nouveau les démocrates de lui "voler" sa victoire. Retour sur les enseignements que l’on peut déjà tirer de ce scrutin avec Andreanne Bissonnette, chercheuse à Montréal.

Adélaïde Patrignani (avec AFP) – Cité du Vatican

Depuis la salle de presse de la Maison Blanche, le président américain Donald Trump a crié jeudi à la fraude, sans la moindre preuve, réaffirmant être vainqueur de la présidentielle, et en dépit de résultats de plus en plus favorables à son adversaire démocrate Joe Biden.

Plus de deux jours après l'élection, le 45e président, dénonçant un «vol» du scrutin, apparaît isolé au sein de son propre parti. Peu après l'allocution de Donald Trump, son rival démocrate a quant à lui une nouvelle fois appelé au calme et à la patience.

Une bataille juridique se profile

Ce vendredi 6 novembre, à 19h heure de Rome, le dépouillement n’est pas encore terminé. Les cinq États dans lesquels les résultats définitifs ne sont pas encore officiellement établis – la Géorgie, l’Arizona, le Nevada, la Pennsylvanie et la Caroline du Nord – devraient permettre de départager les deux rivaux.

Au cours des dépouillements de la journée, le candidat démocrate Joe Biden est passé en tête en Pennsylvanie, en renversant la tendance initiale au fur et à mesure de la prise en compte des votes par correspondance. Au niveau national, l'avance prise par le challenger du président sortant sur le total des votes comme sur le nombre de grands électeurs acquis (entre 253 et 264 selon différents médias, contre 214 pour Donald Trump) laisse présager d'une victoire imminente de Joe Biden. Le renforcement des effectifs du "Secret Service" à ses côtés est interprété par de nombreux observateurs comme un signe de son prochain statut de "président élu", qui, même s'il ne tiendra pas les commandes du pouvoir exécutif avant le 20 janvier 2021, justifierait naturellement une protection renforcée.

Joe Biden en position de force, mais le suspense demeure

Une déclaration solennelle de Joe Biden est attendue dans la journée de ce vendredi 6 novembre, c'est-à-dire dans la soirée à l'heure européenne. Néanmoins, le scénario le plus probable demeure celui d'un enlisement judficaire, peut-être jusqu'en décembre, comme ce fut le cas en l'an 2000 lors de la victoire de George W. Bush sur Al Gore.

Donald Trump a averti de son intention d'utiliser tous les recours possibles, jusqu'à la Cour suprême. L'angle d'attaque des équipes d'avocats mobilisés dans cette guérilla judiciaire est de dénoncer le manque de fiabilité des votes par correspondance, qui ouvre selon eux la voie à des fraudes. Les équipes de l'actuel locataire de la Maison Blanche ont lancé de premières offensives judiciaires, comme dans le Wisconsin, réclamant un recomptage des suffrages.

La grogne monte dans le pays face à cette incertitude. Les partisans des deux candidats sont descendus dans les rues dans tout le pays. Des rassemblements démocrates ont eu lieu à New York, Atlanta, Detroit ou Oakland, pour exiger que les opérations de dépouillement se poursuivent sans entrave.

Jusqu’où peuvent aller ces manifestations? Que nous disent les résultats déjà obtenus dans certains États? Et que penser des attaques verbales de Donald Trump?

Voici l’éclairage d’Andreanne Bissonnette, chercheur en résidence à la chaire Raoul Dandurant à l’université du Québec à Montréal.

Andreanne Bissonnette analyse l'élection présidentielle américaine
06 novembre 2020, 10:48