Recherche

Vatican News

À Florence, la coupole de Brunelleschi fête ses 600 ans

Sa majestueuse silhouette est devenue l’emblème de la cité toscane: la coupole de la cathédrale Santa Maria del Fiore fête les 600 ans de la pose de sa première pierre. Cet exploit architectural accompli par Filippo Brunelleschi reste encore aujourd’hui une source d’inspiration pour de nombreux artistes.

Une hauteur de 116 mètres, un diamètre intérieur de 45,5 mètres, un poids de 37 000 tonnes, pour 4 millions de briques et 2 millions d’heures de travail au total: la coupole du Duomo de Florence est celle de tous les records. Visitée par plus d’un million de touristes par an, elle symbolise tout l’éclat de la Renaissance et la soif d’harmonie qui caractérise cette période foisonnante à tout point de vue.

Sa construction constitua un véritable défi architectural pour l’époque ; au bout de 120 années, le chantier de la cathédrale Santa Maria Del Fiore, initié en 1296 sur un projet d’Arnolfo di Cambio, fut presque terminé… ne manquait que la coupole pour couronner l’édifice. Mais les difficultés techniques d’un telle entreprise laissèrent les ingénieurs totalement démunis. La future cathédrale de Florence resta donc inachevée, surmontée d’un trou béant, cela, pendant près de 40 ans.

Brunelleschi entre en scène

En 1418, un concours public fut lancé auprès de tous les architectes pour enfin doter la cathédrale d’une coupole qui soit digne d’elle; Filippo Brunelleschi dut convaincre de la faisabilité de son audacieux projet et se mit à l’ouvrage. De 1420 -année de la pose de la première pierre- à 1436, les Florentins virent d’élever l’immense dôme de Santa Maria del Fiore; Brunelleschi, qui signa ainsi l’œuvre de sa vie, opta pour un système de poulies et non d’échafaudages. Elevée sur une base octogonale, la coupole à double calottes repose sur une interne en «arêtes de poisson» et une structure autoportante.

L’architecte florentin réussit son tour de force et la plus grande coupole en appareil maçonnée jamais construite fut achevée au bout de 14 ans; l’église fut ensuite consacrée en 1436 par le Pape Eugène IV. Brunelleschi prévoyait initialement une décoration intérieure à base de mosaïques mais sa mort en 1446 ne permit pas sa réalisation. Un projet de dessin fut confié quelques années plus tard à Vasari, qui imagina une représentation du Jugement dernier. Il mourut avant de pouvoir le mener à bien. L’œuvre fut conclue en 1579 par Federico Zuccari.

La prouesse de Brunelleschi inspira son compatriote Michel-Ange pour la coupole de la Basilique Saint Pierre; elle suscite encore aujourd’hui, 600 ans après, l’admiration de nombreux architectes et artistes, qui tentent d’en percer les secrets.

Bien que les festivités de ce 6e centenaire aient été reportées en raison de la pandémie de Covid-19,  la coupole de Brunelleschi reste un encouragement au dépassement de soi, mais surtout une invitation à lever son regard vers le Ciel, de qui vient toute inspiration.

10 août 2020, 12:50