Recherche

Vatican News
Dans un camp de déplacés internes à Kaja (Burkina Faso), le 22 janvier 2020 Dans un camp de déplacés internes à Kaja (Burkina Faso), le 22 janvier 2020  (AFP or licensors)

Plus de 2 millions de personnes menacées par la famine au Burkina Faso

Caritas Internationalis lance un appel d'urgence pour aider les personnes déplacées au Burkina Faso à survivre à la grave crise alimentaire. Selon l’organisation catholique, si aucune aide n'est fournie, plus de 2,2 millions de burkinabè risquent de mourir de faim dans les mois à venir en raison des conflits en cours et des conditions climatiques extrêmes.

En cette année 2020, le nombre de personnes touchées par une très grave pénurie alimentaire est trois fois plus élevé que l'année dernière au Burkina Faso, constate Caritas Internationalis dans un communiqué publié le 1er juillet dernier.

Ce pays enclavé d'Afrique de l'Ouest est devenu l'épicentre d'un conflit régional dramatique qui a provoqué le déplacement de plus d'un million de personnes. Il n'y a pas si longtemps encore, la paix régnait au Burkina Faso, mais depuis maintenant quatre ans, des groupes armés opérant le long de la frontière nord et dans l'est du pays continuent de tuer et de terroriser les citoyens. Une grande instabilité en résulte, se traduisant par l'une des vagues de déplacement les plus rapides au monde, avec des centaines de milliers de personnes sans nourriture, eau ou abri.

«Le monde a oublié la crise du Sahel», regrette le directeur de Caritas Burkina Faso, le père Constatin Sere, selon qui «des pays comme le Burkina Faso sont confrontés à une série de défis et sans aide, les gens vont souffrir terriblement. Les personnes déplacées n'ont pas accès à la nourriture ni à l'eau, qui est essentielle à la fois pour la boisson et l'hygiène personnelle».

Le père Sere note également qu'à l'approche de la saison des pluies, les conditions des personnes déplacées deviennent encore plus critiques car la plupart d'entre elles n'ont pas d'abri adéquat pour faire face aux tempêtes, aux vents forts et aux inondations qui vont suivre dans les trois à cinq prochains mois.

Comme l’explique le prêtre, tous les Burkinabè et les personnes déplacées en particulier continuent d'espérer la paix et le retour à la normale. «Si vous demandez à une personne déplacée ce qu'elle souhaite le plus, elle vous répondra qu'elle veut retourner dans son village d'origine. Je crains que cela ne se produise pas de sitôt, car la violence ne diminue pas. Malgré l'engagement de l'État, les groupes armés de notre pays continuent à semer la terreur et à briser des vies», constate-t-il.

Un projet pour tenter de secourir la population

Le nombre de personnes menacées par la famine à court-terme est très élevé, représentant 11% de la population, «Entre juillet et août, 2,2 millions de personnes au Burkina Faso risquent de mourir de faim. L'avenir est inquiétant, mais nous continuons à mettre notre foi en Dieu et en l'amour de nos frères et sœurs dans le monde entier», ajoute le père Sere.

Caritas a donc lancé un projet de 600 000 euros pour fournir aux personnes déplacées et à leurs familles d'accueil une aide alimentaire et une contribution économique jusqu'à la fin octobre 2020. Le projet, qui vise à aider environ 50 000 personnes, sera principalement concentré dans les diocèses de Kaya, Fada N'Gourma, Nouna et Dédougou.

Les colis alimentaires offerts à environ 1 500 familles contiendront suffisamment de nourriture pour un mois et comprendront: 50 kg de riz, 50 kg de sorgho ou de millet, 25 kg de haricots, 5 litres d'huile, 2 kg de sel et 5 000 francs centrafricains que les gens pourront utiliser pour acheter des denrées périssables. Au nom de Caritas Burkina, le père Sere remercie tous ceux qui entendent aider la population locale.

 

07 juillet 2020, 11:50