Recherche

Vatican News
A cause du manque de places, des ouvriers sont chargés de creuser de nouvelles tombes dans un cimetière de Managua A cause du manque de places, des ouvriers sont chargés de creuser de nouvelles tombes dans un cimetière de Managua  (AFP or licensors)

Nicaragua: les évêques rappellent que la vie prime sur les intérêts économiques

La conférence épiscopale du Nicaragua exhorte le régime de Daniel Ortega et l'opposition à se mettre d'accord face à la pandémie de Covid-19 pour éviter «une catastrophe humanitaire plus grande» dans un pays déchiré par les divisions politiques.

Cet appel intervient alors que la courbe des contaminations au Covid-19 enregistre une notable augmentation dans ce pays où le système de santé est l’un des plus déficients du continent. Le président Ortega, sous le feu des critiques de l’opposition pour ne pas avoir adopté des mesures de prévention face à la pandémie, soutient que la bonne marche de l’économie est une priorité. Aucun confinement n’a ainsi été décidé au Nicaragua ; matchs et grands rassemblements continuent à se tenir sans règles de distanciation physique.

Dans un message signé par son secrétaire général, la conférence épiscopale nicaraguayenne demande que la priorité soit au contraire donnée à «la protection de la vie» et que celle-ci prévale sur «l’économie, les intérêts idéologiques et politiques». Les évêques plaident pour une solidarité renforcée, invitant les «plus forts et les plus riches» à se montrer généreux et compatissants envers les plus fragiles et les plus exposés. «La vie avant tout», martèle le message.

Les évêques se tournent aussi vers les gouvernants, les forces vives de la nation et tous les secteurs du pays les adjurant de «s’ouvrir à des alliances et à des accords, à la recherche d’alternatives et de solutions communes qui nous évitent de nouvelles catastrophes humanitaires». Pour rappel, le Nicaragua vit depuis deux ans une crise politique qui semble insoluble. Sous le coup de sanctions américaines, tenu par un régime réprimant durement toute opposition, le pays centraméricain est plus fragilisé que jamais.

Selon les données officielles du gouvernement, seuls 279 cas de Covid-19 ont été recensés pour 17 décès. Mais de nombreux spécialistes récusent ces chiffres, estimant qu’ils sont bien en-deçà de la réalité, et pointent le déni des autorités. Plusieurs témoignages sur place font état de morgues débordés et d’enterrements à la hâte.

Le continent américain représente aujourd’hui le nouvel épicentre de la pandémie. Après les États-Unis, le Brésil affiche le plus grand nombre de contaminations et de décès, suivi par le Pérou et l’Argentine.

27 mai 2020, 16:42