Recherche

Vatican News
A Paris, la capitale française, des volontaires de l'Ordre de Malte participent à des maraudes pour nourrir les personnes sans domicile fixe. A Paris, la capitale française, des volontaires de l'Ordre de Malte participent à des maraudes pour nourrir les personnes sans domicile fixe.   (ANSA)

Le président de l’Ordre de Malte en France: «Ne confinons pas nos esprits»

Depuis 1000 ans, sa vocation est d'être auprès des plus faibles. Une fois encore, durant cette pandémie, l’ordre de Malte s’adapte et se transforme pour apporter de l’aide à ceux qui en ont le plus besoin. En France, cela passe notamment par l’organisation de maraudes, pour aider les personnes sans domicile fixe à se nourrir.

Entretien réalisé par Marine Henriot - Cité du Vatican

Impossible pour eux de se confiner. Les personnes sans domicile fixe sont en première ligne face à la pandémie de nouveau coronavirus. En France, l’Ordre de Malte s’adapte et vient en aide à ceux qui en ont le plus besoin. «C’est un principe de continuité, martèle son président Jean-Baptiste Favatier, nous n’abandonnons pas et continuons d’être sur le terrain».

De fait, l’Ordre de Malte n’a non seulement pas interrompu ses maraudes en France, mais les a renforcées, après avoir assuré la sécurité de ses équipiers, en leur fournissant notamment le matériel adapté. Par exemple à Paris, la capitale française, une maraude bi-quotidienne a été mise en place. À 8h30 et 18h, des colis alimentaires sont distribués par 70 bénévoles, qui constatent que certaines personnes vivant dans la rue ne s’étaient pas nourris depuis 48 heures et n’avaient parlé à personne depuis quatre jours. «Aujourd’hui, les plus fragiles ont des problèmes basiques, qui sont des problèmes d’alimentation», explique Jean-Baptiste Favatier, «la distribution alimentaire n’était pas forcément un axe de nos maraudes, elle le devient», car ceux qui le plus éloigné du système social et du système de santé ceux sont qui en ont le plus besoin. 

Les bénévoles répondent présent

Tandis que depuis des années, de nombreuses personnes se tiennent à distance des personnes sans domicile fixe, l’Ordre de Malte brise cette distanciation sociale. 

Fort de son expérience, -au 15e siècle Malte a été le premier ordre hospitalier à mettre en place la quarantaine-, l’Ordre peut s'enorgueillir de pouvoir compter sur de nouveaux bras, particulièrement des jeunes, pendant la pandémie. Une mobilisation qui, selon son président, doit être pour tous un signe d’espoir et d’espérance. «Ne confinons pas nos esprits, en tout cas, l’Ordre de Malte ne confine pas ses activités caritatives», ajoute Jean-Baptiste Favatier.

Entretien avec Jean-Baptiste Favatier, président de l'Ordre de Malte France
28 mars 2020, 09:56