Recherche

Vatican News
John E. Kelly III, vice-président d'IBM John E. Kelly III, vice-président d'IBM 

Accord Bambino Gesù IBM pour la recherche médicale

L’hôpital pédiatrique du Bambino Gesù à Rome se veut à l’avant-garde de la recherche dans les pathologies graves dont sont atteints les enfants. Il a officialisé une collaboration avec l’entreprise américaine d’informatique IBM afin de développer une base de données capables d’intégrer des informations génomiques, cliniques et de laboratoire avec l’intelligence artificielle.

Vatican News

Les soins pédiatriques de pointe produisent une quantité et une complexité croissante de données. L’intelligence artificielle (IA) et le Cloud peuvent ensemble soutenir la collecte et l’analyse de ces informations. C’est le sens de la collaboration engagée par le premier hôpital pédiatrique d’Europe et la société américaine IBM. Les technologies utilisées permettront de fournir aux médecins des renseignements leur étant utiles, leur permettant d’établir des protocoles de recherche pour améliorer les diagnostics, les pronostics et le développement de nouvelles thérapies.

«Pour l'hôpital du Bambino Gesù - dit Mariella Enoc, présidente de l'établissement - les frontières de la médecine passent nécessairement par le développement de la recherche scientifique et de la technologie. Il n'y a pas de remède sans recherche et il n'y a pas d'avenir sans recherche. Pour cette raison – poursuit-elle - l'intégration des compétences entre deux entreprises leaders en matière d'innovation dans la recherche pédiatrique et les technologies de l'information représente une grande valeur ajoutée pour atteindre les objectifs de cette collaboration et surmonter les défis posés quotidiennement par la science médicale, au bénéfice des patients et de leurs familles».

Recherche sur les tumeurs cérébrales

La collaboration entre le Bambino Gesù et IBM se concentrera sur les tumeurs cérébrales pédiatriques dans le but de développer des algorithmes pour accélérer le diagnostic et le traitement des patients atteints de médulloblastome. Le médulloblastome représente 15 à 20 % de toutes les tumeurs cérébrales pédiatriques. L'identification précoce du sous-groupe dont la personne est affectée peut influencer de manière significative le choix de la voie de traitement la plus appropriée, contribuant en fin de compte à l'amélioration des résultats.

Autre domaine de coopération : les maladies rares. Bien que rares individuellement, ces maladies touchent collectivement 6 à 8 % de la population totale de l'Union européenne, et plus des deux tiers de ces troubles touchent les enfants. IBM aidera l'hôpital à constituer une base de données anonymes - comprenant des informations génomiques, cliniques, de laboratoire et d'imagerie - et développera des algorithmes qui utilisent l'IA pour améliorer les performances diagnostiques, accélérer le diagnostic chez les patients atteints de maladies rares et pour identifier de nouveaux gènes de maladie et caractériser des troubles jusqu'alors non reconnus.

28 février 2020, 16:59