Recherche

Vatican News
Le camp d'Auschwitz Le camp d'Auschwitz  (AFP or licensors)

Antisémitisme : la prise de conscience de l’Allemagne

La chancelière allemande Angela Merkel se rend ce vendredi pour la première fois depuis qu’elle est à la tête du gouvernement allemand au camp de concentration nazi d’Auschwitz. Cette visite intervient dans un contexte particulier en Allemagne où les autorités s’inquiètent de la résurgence de l’antisémitisme.

Entretien réalisé par Marie Duhamel – Cité du Vatican

Dans quelques semaines auront lieu les commémorations du 75e anniversaire de la libération par les troupes soviétiques du camp nazi de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau en janvier 1945. Sans attendre cette date, Angela Merkel se rend ce vendredi sur place en Pologne. Cela fait vingt-cinq ans qu’un chancelier allemand ne s’est pas rendu dans ce lieu témoin de la barbarie nazie.

Angela Merkel se recueillera en mémoire des 1,1 millions de personnes qui y ont été assassinées en 1940 et 1945. Cette visite est d’autant plus importante que les derniers témoins sont en train de disparaître, et que certains survivants subissent encore aujourd’hui des menaces de mort en raison de leur confession juive.

Le tabou de l’antisémitisme en Allemagne

En Allemagne, les autorités s’inquiètent d’une résurgence de l'antisémitisme. En 2017, 681 faits de violence ont été comptabilisés, soit une hausse de 20% sur un an. L’électrochoc est cependant arrivé en octobre dernier avec un attentat, finalement avorté, contre une synagogue à Halle. Son auteur, jeune adepte des thèses négationnistes, avait de dépit tué deux personnes au hasard sur son chemin.

Guilhem Zumbaum-Tomasi est historien. Il travaille sur le nationalisme et l’antisémitisme en Allemagne. Il est chargé de l'éducation historique et politique au Mémorial Friedrich-Ebert de Heidelberg

Entretien avec Guilhem Zumbaum-Tomasi
06 décembre 2019, 08:38