Recherche

Vatican News
La 74ème Assemblée générale des Nations Unies s'est ouverte mardi 24 septembre 2019 à New York. La 74ème Assemblée générale des Nations Unies s'est ouverte mardi 24 septembre 2019 à New York.  (AFP or licensors)

L’Iran au centre de l’Assemblée générale de l’ONU

Le marathon diplomatique est lancé. S’est ouvert ce mardi 24 septembre à New York l’Assemblée générale de l’ONU en présence de 193 chefs d’Etats. Parmi les dossiers les plus chauds qui vont dominer les travaux, le climat qui a fait, la veille, l’objet d’un sommet à part entière, mais aussi, l’extrême tension dans le Golfe persique, entretenue par l’escalade entre Washington et Téhéran.

Dans les couloirs de l’ONU, aucune rencontre directe n’est pour l’heure prévue entre le président américain Donald Trump et Hassan Rohani. Emmanuel Macron s’échine, lui, à organiser un entretien bilatéral entre les deux dirigeants. 

Le président iranien est attendu à l’ONU pour présenter son plan de coopération régionale pour le Golfe persique et la mer d’Oman. Il dénonçait dimanche 22 septembre la présence de forces étrangères dans la région, visant directement Washington.  

Après l’attaque de deux sites pétroliers saoudiens mi-septembre, la situation s’est envenimée dans le Golfe, les Etats Unis imputant à Téhéran la responsabilité de cette attaque, revendiquée par les rebelles Houthis.

Thierry Coville est spécialiste de l’Iran à l’IRIS. Il revient sur les enjeux sécuritaires de la zone, et nous explique quels soutiens vient quérir à l’ONU le président Rohani.

Entretien avec Thierry Coville, chercheur à l'IRIS sur l'Iran
24 septembre 2019, 18:24