Cerca

Vatican News
Une vue de la base aérienne américaine de Thulé, au nord du Groenland. Une vue de la base aérienne américaine de Thulé, au nord du Groenland.  (Thomas Lekfeldt/ info@thomaslekfeldt.com/ www.thomaslekfeldt.com)

Donald Trump aurait des visées sur le Groenland

Selon le "Wall Street Journal", le président américain envisagerait d’acheter au Danemark la deuxième plus grande île du monde, dont l’intérêt géostratégique est amplifié par le réchauffement climatique.

L’information a des allures de poisson d’avril… mais selon la presse américaine, elle est en réalité tout à fait sérieuse. Donald Trump envisagerait d’acheter le Groenland, qui n’est pas un territoire indépendant mais un pays constitutif du royaume du Danemark. Deuxième plus grande île du monde derrière l’Australie, le Groenland mesure plus de deux millions de km2, soit près de 4 fois la France, peuplés par seulement 56 000 habitants, qui vivent essentiellement de la pêche. Mais ce territoire n’est pas qu’un désert de glace : le réchauffement climatique pourrait en faire un espace stratégique pour l’accès aux futures routes maritimes de l’Arctique, et pour explorer de nouveaux champs de gisement de pétrole offshore.

Autre argument de poids: son sous-sol regorge de “terres rares”, des minerais indispensables pour les nouvelles technologies. Pour les États-Unis, avoir accès à ces minerais permettrait de réduire les importations chinoises. Washington dispose aussi d’installations militaires sur place, avec la mystérieuse et controversée base militaire aérienne de Thulé, proche du Cercle polaire arctique, qui fut secrètement construite durant la Seconde guerre mondiale, et devint un pilier de l’espionnage contre les Soviétiques durant la Guerre froide.

C’est dans ce contexte qu’en 1946, le président Harry Truman avait envisagé d’acheter le Groenland pour 100 millions de dollars. L’information avait été révélée plusieurs décennies après.

Face à ces nouvelles rumeurs, la ministre des affaires étrangères du Groenland a déclaré, avec une certaine fermeté : «Nous sommes ouverts aux relations d’affaires, mais nous ne sommes pas à vendre». Le sujet sera peut-être abordé lors de la visite de Donald Trump au Danemark, prévue en septembre prochain. 

Les précédents achats de territoire par les États-Unis

Dans leur histoire, les États-Unis se sont plusieurs fois élargi en achetant des territoires : les plus importants furent la Louisiane, achetée à la France en 1804, et l’Alaska acheté à la Russie en 1867.

Par ailleurs, les États-Unis ont déjà acheté un territoire au Danemark, dans une zone plutôt inattendue : les Antilles. En 1917, les “Indes occidentales danoises” devinrent les Iles Vierges américaines. Pour Washington, l’intérêt de prendre le contrôle de ce petit archipel proche de Porto Rico était alors de mieux contrôler l’espace caribéen, et donc la route maritime vers le Canal de Panama.

16 août 2019, 18:14