Cerca

Vatican News
Le Premier ministre australien Scott Morrison durant un débat au Parlement, le 12 février 2019. Le Premier ministre australien Scott Morrison durant un débat au Parlement, le 12 février 2019.  (ANSA)

Australie: réouverture controversée d'un camp de migrants sur l'île Christmas

La politique migratoire se durcit encore en Australie. Le premier ministre Scott Morrison a annoncé aujourd’hui la réouverture du camp de rétention de l’île de Christmas, qui avait fermé ses portes le 30 septembre dernier. Cette décision fait suite au revers subi mardi par le gouvernement au Parlement, à quelques mois des élections législatives.

Il s'agit d'une courte défaite mais lourde de conséquences qui peuvent sembler paradoxales. À 75 voix contre 74, l’opposition travailliste et les indépendants l’ont emporté hier contre le parti libéral au pouvoir sur une loi considérée comme majeure. Désormais les milliers de migrants détenus dans des camps offshores pourront être envoyés pour traitement en Australie si deux médecins le demandent. Un problème pour le gouvernement actuel, qui mène depuis plusieurs années une politique extrêmement dure vis-à-vis des clandestins.

D’après Scott Morrison, la nouvelle législation va demander de «gérer la probabilité d'arrivée» d’un nouvel afflux de migrants, d’où sa décision de rouvrir le camp de l’île Christmas, un territoire australien excentré situé au sud de l'archipel indonésien, à 2300 kilomètres au nord-ouest de Perth.. Un camp parfois comparé à celui de Guantanamo. Le plus grand centre de détention australien, situé à 1500 km des côtes, est connu pour sa gestion quasi-militaire et attire les critiques des organisations de défense des droits de l’homme.

Après une dizaine d’années de fonctionnement, ponctuées d’émeutes et de morts violentes, le camp avait fermé fin septembre 2018. En décidant sa réouverture, Scott Morrison tente aussi de sauver la mise pour les élections législatives prévues en mai. L’immigration sera un thème crucial pour le premier ministre et son parti. Si les migrants ne viennent pas, a d’ailleurs prévenu Scott Morrison, «ce sera grâce aux décisions que nous prenons maintenant et aux actions que nous mettons en œuvre».

13 février 2019, 12:03