Cerca

Vatican News
Obsèques d'une des victimes de l'attentat contre un complexe hôtelier à Nairobi Obsèques d'une des victimes de l'attentat contre un complexe hôtelier à Nairobi  (AFP or licensors)

Soutien des évêques kenyans aux autorités après l’attentat des shebab

L’épiscopat kenyan adresses ses condoléances aux proches des victimes de l’attentat islamiste contre un complexe hôtelier de Nairobi. Ils dénoncent la culture de mort des terroristes et apportent leur plein soutien aux forces de l’ordre.

Xavier Sartre – Cité du Vatican

Les évêques catholiques du Kenya prient pour un pays «sûr et en sécurité» après l’attentat du 15 janvier. Un commando de cinq islamistes radicaux ont mené un assaut contre un complexe hôtelier de la capitale, Nairobi, tuant 21 personnes et blessant 28 autres. Les forces de l’ordre ont mené un siège d’une vingtaine d’heures avant de reprendre le contrôle total des lieux et de tuer les cinq assaillants. Des équipes de démineurs et des équipes cynophiles étaient encore sur place ce vendredi matin.

L’attaque a été revendiquée par les shebab somaliens qui n’en sont pas à leur première action au Kenya. Le gouvernement kényan est en effet militairement impliqué contre eux en Somalie et s'est attiré les foudres des islamistes. L’enquête se poursuit pour déterminer si les terroristes ont eu des complices et comment ils ont procédé.

Les évêques ont publié jeudi 17 janvier un communiqué dans lequel ils saluent le travail des forces de police, des secours, et des paroisses locales proches des lieux de l’attentat qui ont apporté nourriture et boissons aux équipes de secours.

Combattre la culture de mort

«En tant qu’évêques, nous sommes attristés par le fait que des jeunes gens puissent croire que tuer des innocents est une bonne chose ! Cette culture de mort, qui est mal guidée par l’appât du gain et un faux sens de l’héroïsme, est un défi pour nous tous, et doit être affronté collectivement», écrivent-ils.

L’épiscopat soutient ainsi les efforts des autorités pour combattre les terroristes. «On ne doit donner aucune chance de tuer des personnes innocentes aux auteurs, aux complices et aux sympathisants» affirment-ils. C’est pourquoi «nous devons être prêts à soutenir les agences de sécurité en offrant toute information qui peut aider à les identifier, à perturber ou appréhender les suspects avant qu’ils mènent leurs mauvais plans».

Ils appellent enfin les Kenyans à rester unis et à rejeter les tentatives de division basées sur l’ethnie, la politique, le genre ou la religion.

18 janvier 2019, 12:57