Cerca

Vatican News
Des habitants de Goma rassemblés en vue des élections en RDC le 30 décembre 2018. Des habitants de Goma rassemblés en vue des élections en RDC le 30 décembre 2018.  (AFP or licensors)

Noël au Kasaï: «Prendre en main son destin avec le Christ Emmanuel»

Sur une colline du Kasaï, au centre de la République Démocratique du Congo, la Nativité du Seigneur est attendue dans un climat particulier… Un calme précaire, dont on espère qu’il perdurera malgré les vicissitudes politiques. Missionnaire depuis 2012 dans la savane kassaïenne, un prêtre d’origine suisse témoigne.

Entretien réalisé par Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican

«Pour moi, la fête de Noël ici, c’est la Messe de Minuit»: cette simple phrase du père Guy Luisier pourrait être prononcée par tous les curés du monde. Des mots qui donnent raison à saint Paul, deux mille ans plus tard : quel que soit le contexte, «rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu» (Rm 8,39). Car dans la paroisse du père Guy, située sur la colline Notre-Dame du Kasaï, il est facile de dresser une liste des potentiels obstacles au paisible déroulement de Noël: précarité matérielle, fatalisme des habitants, contexte politique… Le report des élections présidentielle, législatives et provinciales, qui auraient dû avoir lieu le 23 décembre, ouvre une nouvelle période d’incertitudes.

Accueillir le Christ pour s’ouvrir aux autres

Le père Guy, chanoine régulier de Saint-Maurice (Valais – Suisse), arrivé en RDC en 2012, se montre toutefois rassurant. Il assure que son village est pour le moment tranquille. Les célébrations de Noël s’y dérouleront avec toute la beauté et la convivialité des traditions locales.

Son défi? Réveiller les consciences de ses paroissiens, pour qu’ils prennent en main leur destin «avec le Christ Emmanuel».  Pour que le bien commun suscite enfin l’intérêt de toute la société congolaise.

La période de Noël, dans la prière du père Guy et de ses confrères, est aussi l’occasion de tourner son cœur vers d’autres horizons: ceux des pays qui cherchent la paix. La venue du Christ «doit nous ouvrir au-delà de nos propres difficultés», explique-t-il. Noël au Kasaï, qui l’eût cru, pourrait porter du fruit ailleurs.

Entretien avec le père Guy, missionnaire dans le Kasaï
21 décembre 2018, 17:15