Cerca

Vatican News
Abri de fortune pour un migrant en route vers les États-Unis. Tijuana (Mexique), le 29 décembre 2018 Abri de fortune pour un migrant en route vers les États-Unis. Tijuana (Mexique), le 29 décembre 2018  (AFP or licensors)

Migrants d'Amérique centrale, la quête incertaine d'une vie meilleure

Sur le continent américain, l’année 2018 a été marquée par les caravanes de migrants. Des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants originaires d'Amérique centrale se sont dirigés vers les Etats Unis dans l’espoir de passer la frontière. Un chercheur revient sur les espoirs et les doutes de ces migrants, sur les risques qu’ils prennent sur la route du nord, malgré les menaces du président américain Donald Trump.

Entretien réalisé par Marie Duhamel – Cité du Vatican

Début décembre, quelque 2 500 personnes venant du Honduras, du Guatemala et du Salvador s’entassaient encore dans une salle de concert et dans un camp de fortune à ciel ouvert à Tijuana, au Mexique. Elles faisaient partie de la caravane de migrants partir d’Amérique centrale mi-octobre, et qui s’est peu à peu disloquée. Ensemble, ces hommes, ces femmes et ces enfants ont fui la pauvreté, qui affectait 4,2 millions de personnes en Amérique centrale en 2014. Un chiffre en nette augmentation; au Honduras, 6 familles sur 10 sont en condition d’exclusion. La violence pousse également au départ: au Honduras encore, on recense plus de 38 000 morts violentes en 2017. Ces migrants s’éloignent aussi des risques d’ouragan ou de sécheresse.

Tous rêvent des Etats Unis. Là-bas pourtant, le président Donald Trump prévoit la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique pour empêcher l’arrivée massive de migrants. Son projet est pour le moment compromis, faute d’un accord budgétaire au Congrès.

Jean Clot, chercheur associé du laboratoire Pacte de l’Université de Grenoble en France nous explique les raisons de ces départs massifs vers les États-Unis. Spécialiste des migrations entre l’Amérique centrale, le Mexique et les Etats Unis, il a passé 10 ans dans la région du Chiapas, dans le sud du Mexique, non loin du Guatemala. Sur place, il s’est longuement entretenu avec des migrants d’Amérique centrale.

Entretien avec Jean Clot, chercheur et spécialiste des migrations
29 décembre 2018, 11:58