Version Béta

Cerca

Vatican News
Al Gore Al Gore 

Al Gore : François est au service de la défense de l'environnement

L’ancien vice-président américain, Al Gore, prix Nobel de la paix pour son engagement en faveur de l’environnement, revient dans un entretien exclusif avec Vatican News, sur la lutte contre le réchauffement climatique, mais aussi sur l’influence du Pape François dans ce combat.

Alessandro Gisotti – Cité du Vatican

Prix Nobel de la paix, Al Gore est sans aucun doute un des leaders les plus passionnés par la défense de l’environnement au niveau planétaire. L’ex vice-président des États-Unis a conduit sans relâche son engagement contre le réchauffement climatique durant ces vingt dernières années. En 2007, son documentaire, An Inconvenient Truth, «une vérité qui dérange», a remporté l’Oscar, mais il a surtout popularisé le thème du changement climatique, jusqu’alors domaine réservé des «spécialistes», auprès du grand public.

Il y a quelques jours, le prix Nobel de la paix a participé à une rencontre à Berlin de son organisation Climate Reality Project, à laquelle étaient présentes des centaines de personnes venues du monde entier.

Dans cette interview exclusive à Vatican News, Al Gore revient sur l’engagement du Pape François pour la défense de l’environnement, sur l’importance de l’encyclique Laudato Si’ et lance un appel en faveur de la «Révolution de la durabilité».

Al Gore, votre voix est l’une des plus fortes au niveau international en faveur de la défense de l’environnement. Pourquoi êtes-vous aussi passionné par la «bataille verte» pour notre planète ?

R - Je crois que le but de notre vie est de glorifier Dieu. Continuer à accumuler mépris et destruction contre la création de Dieu est grotesquement incohérent avec la façon dont nous devrions vivre nos vies. De plus, la crise climatique est aujourd'hui le défi existentiel le plus sérieux auquel l'humanité ait jamais été confrontée. Et il n’y a pas que l'humanité qui est en danger : selon des biologistes de renommée internationale, près de la moitié de toutes les espèces vivantes avec lesquelles nous partageons la vie sur cette Terre courent le risque de disparaître au cours de ce siècle. Le Seigneur a ordonné à Noé de rassembler dans son arche deux spécimens de chaque espèce afin de les «garder en vie avec toi»: Je crois que cette demande est également valable pour nous.

Pour le moment, nous utilisons cette fine couche qu’est l'atmosphère qui entoure notre planète comme une «décharge d'air libre», déversant chaque jour 110 millions de tonnes de pollution produite par l'homme, ce qui crée de la chaleur et emprisonne la chaleur. Le total, à ce jour, a accumulé beaucoup d'énergie thermique en excès comme si 400 000 bombes comme celle larguée sur Hiroshima explosaient toutes les 24 heures. Les conséquences de cette énergie thermique supplémentaire sont évidentes: tempêtes plus fortes, averses plus violentes, inondations plus destructrices et grands glissements de terrain, sécheresses extrêmes et prolongées, mauvaises récoltes, pénurie d'eau dans de nombreuses régions, augmentation des incendies, propagation de maladies, fonte des glaces et élévation du niveau de la mer ainsi que l'acidification de l'océan, et bien plus encore. Donc, nous n'avons vraiment pas le choix. Nous devons résoudre la crise climatique. Comme l'a dit le pape François, «si nous détruisons la création, la création nous détruira».

J'ai eu de la chance parce que je pouvais investir toute l'énergie nécessaire pour contribuer à la solution de cette crise. En cela, je me sens soutenu par des millions d'activistes et de dirigeants du monde entier qui dirigent le développement de l'énergie propre dans le cadre de la «révolution de la durabilité». La vraie passion et l'énergie que j’ai, viennent de ces activistes et dirigeants.

Vous avez dit dans une interview récente que le changement climatique n'est pas une question politique mais plutôt «une question morale et spirituelle». Quelle importance attache-t-elle au fait qu'un chef spirituel comme le pape François soit si engagé dans la protection de l'environnement?

R - Le leadership du Pape François est source d'inspiration pour nous tous, dans le monde entier, en particulier pour son accent vigoureux et répété en faveur d'une solution à la crise climatique. Je suis reconnaissant et admiratif de la clarté de la force morale qu'il incarne. Le Pape François parle aussi très efficacement des plus vulnérables d'entre nous, c’est-à-dire les pauvres et aide ceux qui l’écoutent à comprendre comment nous tous, sans exception, sommes affectés par la crise climatique. En particulier, son Encyclique Laudato Si’ a marqué une étape cruciale pour que l'Église catholique guide le monde à s'engager à s'attaquer à la crise climatique avant l'Accord de Paris.

De cette façon et de bien d'autres manières, le Pape a été à l'avant-garde pour guider le monde dans une action constructive sur le climat. Pratiquement tous mes collègues et amis catholiques sont «ravis» au plus profond d’eux-mêmes par le fait qu’il offre cette direction spirituelle. Et moi aussi.

Plus généralement, je pense que l'enseignement spirituel joue évidemment un rôle crucial dans les communautés du monde entier. Le Pape est un modèle pour les dirigeants d'autres traditions religieuses, il les inspire pour communiquer les dangers posés par la crise climatique et notre devoir d’«intendants» de la création pour le résoudre.

Comme vous le savez, dans l'Encyclique Laudato si 'sur la défense de notre maison commune, que vous avez mentionnée, le Pape François affirme que le changement climatique et la pauvreté sont profondément liés dans de nombreuses régions du monde. Comment évaluez-vous cette déclaration?

R. - Comme l'a souligné le Pape François, les personnes vivant dans la pauvreté sont touchées de manière disproportionnée par la crise climatique, qui a un impact négatif sur leur accès aux ressources de base et menace leur santé. Par exemple, Porto Rico, où plus de 40% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, tente toujours de se remettre des conséquences de l'ouragan Mary, qui a dévasté le réseau électrique et les réseaux mobiles du pays et qui a inondé des quartiers entiers.

De plus, la pollution par le monoxyde de carbone (CO) et le dioxyde de carbone rejetés par les émissions de carbone dans l'atmosphère rendent les gens malades. On sait que le fait de permettre une plus grande pollution de l'air dans nos villes et dans les petites collectivités fait en sorte que plus de gens tombent malades. Selon le document «Principles of Environmental Justice» (déclaration approuvée à Washington en 1991, ndlr), nous savons que les effets de cette pollution sont plus susceptibles d'affecter les communautés qui ont été privées du pouvoir politique et économique nécessaire pour se défendre. C'est ici que les dégâts sont ressentis en premier.

Ce ne sont pas seulement les pauvres qui sont touchés de manière disproportionnée par la crise climatique. La liste comprend les malades mentaux, les personnes ayant des problèmes de santé préexistants, les personnes âgées, les nouveau-nés et les enfants, les sans-abris et les communautés minoritaires. Par exemple, aux États-Unis, les enfants afro-américains sont trois fois plus susceptibles que l'ensemble de la population de souffrir de maladies liées à la pollution de l'air, deux fois plus susceptibles de souffrir d'asthme et dix fois plus susceptibles de mourir d'asthme, par rapport aux enfants des communautés majoritaires.

Récemment, le Pape François a exhorté les dirigeants des compagnies pétrolières, reçus au Vatican, à s'engager à produire de l'énergie propre. De quoi avez-vous besoin pour que ce «rêve» devienne réalité?

R. - Je suis très heureux que le Pape François ait convoqué les principaux chefs de file dans le domaine de l'énergie et de l'investissement pour se mettre d'accord sur l'importance d'une taxe sur les émissions de dioxyde de carbone. Pour atteindre cet objectif, il faut d'abord une alternative valable aux carburants et l'introduction de polluants dans l'air. Heureusement, il y en a. L'énergie renouvelable et d'autres solutions à la crise climatique sont maintenant économiquement compétitives par rapport aux combustibles fossiles. En conséquence, les grandes entreprises de combustibles fossiles sont obligées de réexaminer leurs modèles économiques. J'espère qu’une fois la dimension économique éliminée de l'équation, le choix moral deviendra inévitable pour beaucoup plus de gens et finira par l'emporter.

Nous sommes au début d'une «révolution» mondiale de la durabilité, qui est de la taille et qui a l'impact de la révolution industrielle, mais avec la vitesse de la révolution numérique. Facilité par l'émergence de nouvelles technologies et de consommateurs de plus en plus informés, les activités commerciales durables se sont rapidement étendues ces dernières années.

En raison de la pression sociale et politique croissante - et de la hausse du coût de la pollution par le dioxyde de carbone - les gouvernements du monde entier sont donc en train d'approuver la législation pour réduire ses émissions. À la fin de 2017, la Chine a mis en place un «marché du CO2», en s’unissant à l'Union européenne et à d'autres pays comme le Chili et la Colombie, pays qui ont adhéré à l'imposition d'une taxe sur les émissions de CO2.

La conférence convoquée par le pape François au Vatican avec des dirigeants de compagnies pétrolières est un signe très encourageant que cette transition vers un avenir durable peut rapidement devenir une réalité et ne reste plus un rêve. Mais nous devons aller encore plus vite pour faire en sorte que cette transition se produise à temps pour prévenir les effets les plus dévastateurs de la crise climatique.

Le projet Climate Reality, que vous avez fondé, vient de tenir sa 38ème rencontre des militants à Berlin, du 26 au 28 juin. Qu'espérez-vous réaliser avec des événements comme celui-ci?

R. - À Berlin, 700 stagiaires venus de 50 pays et de tous horizons se sont réunis pour trois jours de formation intensive avec des scientifiques et des communicateurs renommés, des experts du climat, pour apprendre comment ils peuvent inspirer et guider leurs communautés dans le jeu pour résoudre la crise climatique. La formation a offert un large éventail de sessions ouvertes (et de nombreuses sessions approfondies sur des aspects particuliers de la crise et de ses solutions), toutes visant à identifier des moyens de sensibiliser le public à la crise climatique, en soutenant des solutions pratiques à nos problèmes. disponible et faire pression sur nos représentants pour qu'ils agissent.

Nous avons organisé cette formation à Berlin à un moment où l'Allemagne et l'Union européenne souffrent gravement des effets de la crise climatique. Sans une action concertée des dirigeants gouvernementaux, ces effets devraient empirer de manière significative dans les années à venir. L'Allemagne, par exemple, met effectivement en œuvre une transition énergétique abandonnant le charbon et, de ce fait, elle servira, espérons-le, de force motrice pour les autres pays de l'UE pour revoir leurs politiques d'action climatique.

Climate Reality a jusqu'à présent formé plus de 15 000 activistes travaillant dans 141 pays. Notre réunion de formation précédente s'est tenue à Mexico en mars dernier et, en août prochain, nous en accueillerons une autre à Los Angeles, en Californie.

04 juillet 2018, 13:54