Version Béta

Cerca

Vatican News
Des chrétiennes coptes égyptiennes en prière lors des obsèques des 20 otages exécutés en Libye. Des chrétiennes coptes égyptiennes en prière lors des obsèques des 20 otages exécutés en Libye.  (ANSA)

Les corps des 21 chrétiens coptes exécutés par l’EI rapatriés en Égypte

Les dépouilles des 21 chrétiens coptes décapités en Libye en 2015 par les djihadistes de l’Etat islamique ont été rapatriées en Egypte, ce lundi 14 mai 2018. Les cercueils avaient été embarqués sur un avion-cargo à l’aéroport de Misrata à destination du Caire.

Entretien réalisé par Hélène Destombes - Cité du Vatican

Pour célébrer ce retour, les cloches des églises et des monastères ont sonné à toute volée dans l’ensemble du pays. De nombreuses personnalités étaient présentes ce lundi lors de l’arrivée au Caire des dépouilles de ces "martyrs de la foi et de la patrie", parmi lesquelles le Patriarche copte orthodoxe Tawadros II ainsi que la ministre égyptienne de l’immigration.

Les 21 coptes égyptiens avaient été enlevés en Libye en janvier 2015. La vidéo de leur décapitation avait été mise en ligne par les sites djihadistes le 15 février. Leurs dépouilles avaient été découvertes dans une fosse commune, près de Syrte, sur le littoral libyen.

Le Patriarche copte orthodoxe, Tawadros II avait, une semaine après leur assassinat, décidé de les inscrire au Synaxarium, le livre des martyrs de l’Eglise copte orthodoxe, et la célébration de leur mémoire a été établie au 15 février.

L’église « des martyrs de la foi » a par ailleurs été érigée en leur mémoire. Elle a été inaugurée le 15 février 2018 dans le village d’Al-Our, près de la ville de Samalout, dans la province de Minya, d’où provenaient 13 des 21 chrétiens assassinés. C’est là que leurs corps ont été transférés. Les frais de construction de l’église ont été assumés par gouvernement égyptien.

Les dépouilles mortelles des coptes tués en Libye par l’EI avaient été identifiées dans une fosse commune de la côte libyenne, non loin de la ville de Syrte. Leur mort et les conditions de leur exécution avaient profondément ému bien au-delà des seules frontières égyptiennes. Le père Rafic Greiche, directeur au Caire de l'hebdomadaire catholique franco-arabe Le Messager, revient sur le sens de ce rapatriement en Egypte des corps de ces 21 martyrs. Des propos recueillis par Hélène Destombes

Entretien avec le père Rafic Greiche
16 mai 2018, 19:34