Version Béta

Cerca

VaticanNews
Le maréchal Khalifa Haftar lors de la parade militaire le 7 mai à Benghazi dans l'est libyen. Le maréchal Khalifa Haftar lors de la parade militaire le 7 mai à Benghazi dans l'est libyen.  (AFP or licensors)

À Derna, le retour militaire du maréchal Haftar

Discret ces derniers temps, il revient sur la scène politique par la porte militaire. Le puissant maréchal Khalifa Haftar, à la tête de l’armée nationale libyenne, a lancé au soir du 7 mai, une grande offensive pour récupérer la ville côtière de Derna, à 1 000 km de Tripoli.

Delphine Allaire – Cité du Vatican

Assiégée depuis des mois par diverses milices djihadistes, Derna est la seule zone de l'est libyen à échapper encore au contrôle de l’Armée nationale libyenne du maréchal Haftar. C’est donc à l’issue d’un défilé militaire devant des milliers de soldats à Benghazi que le maréchal Haftar, en relative bonne forme, s’est exprimé. Lui qui se faisait rare depuis sa longue hospitalisation en avril à Paris revient sur le devant de la scène, assurant son souhait de libérer Derna. Et ce, 4 ans exactement après avoir lancé sa conquête de l’est libyen, et particulièrement celle de la région du Croissant pétrolier. 

La dernière pièce manquante à l'emprise d'Haftar sur l'Est libyen

Aujourd’hui, Haftar affirme avoir tenté de discuter avec les milices djihadistes qui tiennent Derna, mais, selon lui, «tous les efforts de paix sont dans l'impasse». Ce sera donc la guerre… Si possible en épargnant les civils de cette ville de 150 000 habitants, aurait ordonné Haftar. 

Depuis plusieurs mois déjà, des raids aériens des hommes d’Haftar frappaient Derna. Cette nouvelle offensive militaire initiée le 7 mai devrait donc signer le coup de grâce de cette ville.

Une coagulation de djihadismes

Derna était tombée en 2014 sous la coupe de l'organisation État islamique, qui en avait été elle-même chassée en juillet 2015 par une coalition de milices islamistes et djihadistes, tout aussi hostiles à Haftar qu’à Daech. En proie à l'anarchie depuis 2011, la Libye est progressivement devenue un repaire très hétéroclite de groupes djihadistes en tout genre.

08 mai 2018, 08:31