Cerca

Vatican News
Au Salvador, des femmes lors d'une commémoration en l'hommage d'une femme assassinée, le 8 mars 2018. Au Salvador, des femmes lors d'une commémoration en l'hommage d'une femme assassinée, le 8 mars 2018.  (AFP or licensors)

Femmes en Amérique latine: l’exigence d'une transformation culturelle

En cette journée des droits des femmes, la Commission pontificale pour l’Amérique latine s’est emparée du sujet au Vatican. Elle se réunit depuis le 6 mars pour améliorer la promotion de la femme dans l'Église et dans la société latino-américaine.

Entretien réalisé par Delphine Allaire – Cité du Vatican

Par son nombre record d'assassinats de femmes, l'Amérique latine est le continent le plus dangereux pour les femmes.

Cette violence endémique a son ancrage historique. L’abandon des femmes était, et continue de demeurer, une pratique courante dans les milieux populaires. Le continent sud-américain a depuis toujours également entretenu une vision particulière de la «mère seule», selon Ana Maria Bidegain. Cette Uruguayenne spécialiste des rapports entre femmes et religion en Amérique du Sud à l’université internationale de Floride aux Etats-Unis, était l’invitée toute la semaine du 6 mars de la Commission pontificale pour l’Amérique latine en vue de débattre de ces questions au Vatican.

Ainsi, c’est par la conquête des droits civiques au XXème siècle qu’une prise de conscience généralisée a pu avoir lieu. Plus que par des mesures politiques, une meilleure prise en compte des femmes passera par une transformation culturelle et sociale des mentalités, selon l’historienne des religions. Cet espace est précisément à investir pout l’Église qui doit «jouer son rôle, rappelant l’importance des femmes dans le message du Christ et dans la figure prégnante de Marie».

Ana Marià Bidegain, spécialiste des rapports entre femmes et religion en Amérique du Sud
08 mars 2018, 08:26