Version Béta

Cerca

VaticanNews
Le président polonais Andrzej Duda a remanié son gouvernement sur proposition du Premier ministre, Mateusz Morawiecki, le 9 janvier 2018. Le président polonais Andrzej Duda a remanié son gouvernement sur proposition du Premier ministre, Mateusz Morawiecki, le 9 janvier 2018.  (AFP or licensors)

Un gouvernement plus euro-compatible en Pologne

Changement de ton en Pologne. D’importantes figures du gouvernement conservateur polonais ont été limogées lors d’un remaniement ce 9 janvier 2018. Objectif: apaiser les relations entre Varsovie et l’Union européenne.

Delphine Allaire - Cité du Vatican

Des poids lourds du gouvernement conservateur viennent d’être écartés du pouvoir. Le ministre de la Défense, Antoni Macierewicz, et le chef de la diplomatie, Witold Waszczykowski, ont été limogés ce mardi 9 janvier 2018, avec le ministre de l’Environnement, celui de la Santé, celui des Infrastructures et celle du Numérique.

Des divergences de politique intérieure et extérieure

La plupart d’entre eux avaient en effet rencontré d’importantes controverses dans l’exercice de leurs fonctions, tant sur le plan politique interne à la Pologne, que sur le plan politique extérieur, vis-à-vis de l’Union européenne.

Le ministre de la Défense Antoni Macierewicz était en conflit quasi-ouvert avec le président Andrzej Duda en raison de divergences sur la réforme des forces armées. Le ministre de l’Environnement à l’origine d’une vaste campagne de déforestation en Pologne était, lui, au cœur d’un bras de fer entre Varsovie et Bruxelles.

Un souffle plus européen

Le nouveau premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, en poste depuis le 7 décembre 2017, a donc voulu présenter un nouveau ton, plus euro-compatible. Son nouveau ministre des Affaires étrangères, Jacek Czaputowicz, a en effet d’ores et déjà annoncé qu’il visiterait la Bulgarie la semaine prochaine, espérant se rendre rapidement à Berlin et Bruxelles.

Ce remaniement intervient alors que le Premier ministre polonais doit justement rencontrer ce 9 janvier au soir, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à Bruxelles. Ce rendez-vous important fait suite au déclenchement de l’article 7 du Traité sur l'Union européenne (TUE) contre la Pologne fin décembre. La Pologne est accusée par Bruxelles de violer l’État de droit, du fait d’une série de réformes de son appareil judiciaire depuis plusieurs mois. 

09 janvier 2018, 18:28