Cerca

Vatican News
Des soldats nigérians, engagés dans la lutte contre Boko Haram, lors d’une formation, le 5 octobre 2017 Des soldats nigérians, engagés dans la lutte contre Boko Haram, lors d’une formation, le 5 octobre 2017   (AFP or licensors)

Nigéria: une lutte sans fin contre Boko Haram

Boko Haram continue à semer la terreur dans le nord-est du Nigeria. Depuis l’enlèvement de centaines de lycéennes à Chibok en 2014, le groupe islamiste frappe régulièrement forces armées et populations dans l’Etat du Borno. Une zone aux frontières poreuses avec le Cameroun, le Tchad et le Niger, encore très peu accessible et toujours hors de contrôle.

Entretien réalisé par Blandine Hugonnet

En huit ans, les violences commises par les islamistes ont fait plus de 20 000 morts et des millions de déplacés. Première puissance économique de l’Afrique, le Nigeria a malgré tout du mal à contenir l’insurrection armée de Boko Haram qui a prêté allégeance au groupe Etat islamique.

Il y a un an, le président Muhammadu Buhari assurait une nouvelle fois le recul significatif des djihadistes dans le nord-est. Musulman du nord du pays élu en mai 2015, cet ancien dictateur militaire avait suscité l’espoir en faisant de la lutte anti-terrorisme sa priorité.

Pour autant, face aux nombreux autres défis sécuritaires, économiques et aux failles de la gouvernance nigériane, il est difficile de voir une évolution positive dans le combat contre Boko Haram ces derniers mois et à l’avenir. Marc-Antoine Pérouse de Montclos, chercheur à l’Institut de Recherche pour le Développement, spécialiste du Nigeria, revient sur la situation toujours très fragile dans l’Etat du Borno et ses facteurs.

Entretien avec Marc-Antoine Pérouse de Montclos
22 décembre 2017, 08:43