Version Béta

Cerca

VaticanNews
Le président Donald Trump a célébré une victoire «historique» à Washington, le 20 décembre 2017. Le président Donald Trump a célébré une victoire «historique» à Washington, le 20 décembre 2017.  (AFP or licensors)

Les inquiétudes des évêques américains sur la réforme fiscale

Après l’adoption par la Chambre des Représentants de cette première grande réforme de l’administration Trump, l’épiscopat craint que les écarts se creusent davantage entre les plus pauvres et les plus riches.

«La loi contient un certain nombre de dispositions problématiques qui auront des conséquences négatives dramatiques» s’inquiète Mgr Frank Dewane, évêque de Venice, en Floride, et président du comité sur la justice et le développement humain de la Conférence épiscopale des États-Unis, dans une lettre, publiée ce mercredi 20 décembre, en réaction au vote, le même jour, à la chambre basse du Congrès, par 224 voix contre 201, de la réforme fiscale promise par le président américain Donald Trump depuis le début de son mandat.

Après avoir énuméré les «choses louables» de ce texte, qui va permettre de «doubler la déduction standard, ce qui aidera de nombreuses familles en difficulté à éviter l'impôt, d’étendre l'utilisation de 529 plans d'éducation et d’augmenter le crédit d'impôt pour enfants», l’évêque de Venice s’est montré critique envers d’autres points du texte «qui auront des conséquences négatives dramatiques, en particulier pour ceux qui en ont le plus besoin». Dans une précédente missive, datée du 6 décembre, il exhortait déjà le Congrès à prendre en compte les difficultés «des personnes qui peuvent le moins supporter les conséquences négatives d'une nouvelle politique». Mgr Franck Dewane craint que «le projet de loi augmentera éventuellement les impôts des personnes à faible revenu tout en réduisant les impôts pour les riches». 

Un «cadeau de Noël» à durée limitée

Selon le texte final, l'impôt fédéral sur les sociétés baissera passera de 35% à 21% et le taux maximal de l'impôt sur le revenu sera réduit de 39,6% à 37%. Des baisses d'impôts drastiques pour les entreprises et surtout, sans limitation de durée, tandis que les réductions fiscales qui visent les particuliers ont, elles, une échéance à l'horizon 2027. Le «cadeau de Noël, annoncé par Donald Trump, pour les habitants de ce pays qui ont des revenus se situant au milieu de l'échelle» ne sera donc que de courte durée.

Autre inquiétude pour Mgr Dewane, «l'abrogation de l'exemption personnelle fera en sorte que les familles nombreuses, représentant une part importante de la classe moyenne, seront financièrement moins bien loties. Le projet de loi final crée un déficit important qui, dès l'année prochaine, servira de base à la réduction des programmes qui aident les pauvres et les plus vulnérables» estime l’évêque de Floride.

Car si la réforme mise , sur le papier, sur une réduction de quelque 1 500 milliards de dollars de la charge fiscale pesant sur l'économie américaine, elle risque d’entraîner une forte augmentation de la dette. Les précédentes réformes fiscales aux Etats-Unis se sont ainsi souvent traduites par des hausses d'impôts dans les années suivantes.

21 décembre 2017, 09:52